© Dossiersmarine - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III
Transports à hélice
classe Loiret Trois-mâts barque en bois - plans Guesnet

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Loiret  Cherbourg 16-10-1855 15-9-1856 7-1857 4-1-1882  Somme  Cherbourg 16-10-1855 15-10-1856 1-8-1859 27-6-1872

 caractéristiques

dimensions 59.40 x 9.00 x 4.20 m déplacement 300 tx ; 560 tpc vitesse 12 n effectif 44 à 55 h propulsion 1 hélice à puits - machine Mazeline 120 chn, 383 chi (Loiret) - machine Indret 100 chn (Somme) - Grés en 3 mâts barque puis 3 mâts carré (1000 m²). Le Loiret reçut d’abord la machine Mazeline à engrenages de la corvette Biche : 2 cylindres horizontaux : d = 0,95 m ; c = 0,9 m ; 1 chaudière tubulaire ; hélice 2 ailes double de 3,1 m ; puits d’hélice ; 8,8 n à 83 t/mn pour une pression de vapeur de 2 atm et une puissance de 383 chi, la consommation étant de 2 kg/ ch/h. Ensuite en 1861 il fut équipé de la première machine compound de la Marine française (conçue par Dupuy de Lôme et construite par Mazeline) : 120 chn ; 3 cylindres horizontaux à bielles renversées et à réservoir intermédiaire (qui sera supprimé par la suite) : d = 0,95 m ; c = 0,5 m ; 1 chaudière tubulaire munie d’un sécheur de vapeur faisant corps avec elle et situé dans le conduit de la cheminée ; hélice 2 ailes doubles de 3,1 m ; 8,9 n à 74,8 t/mn pour une pression de 1,74 atm, une puissance de 264 chi, et une consommation de 2 kg/chi/h. - Somme : machine Indret (Mangin) verticale à fourreau de 100 chn. armement Loiret : 2x18 caronades - en 1869 : 2x12 cm rayés + 2x4 Somme : 2x30 obusiers + 2x12 cm + 4x18 caronades

 historique / history

Japon 3-mâts barque à coque en fer, conçu comme paquebot.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Japon  Caird & Co, Greenock (GB) 10-10-1857 20-11-1858 22-11-1902

 caractéristiques

dimensions 103.50 (ht) x 94.50 (fl.) x 12.30 x 5.2/5/80 x 8.28 (c.) m déplacement 2350 tpl, 4000 tpc (capacité de transport en ravitailleur de charbon : 2500 t) vitesse 12 n effectif 150/155 h propulsion 1 hélice - machine à pilon 400 chn, 1670 chi -charbon : 634 t voilure : 1021 m² (3 mâts barque) Machine à pilon ; 2 cylindres : d = 1,79 m ; c = 1,06 m ; chaudières munies de sécheurs à vapeur ; hélice 2 ailes double ; 12,4 n à 52 t/mn pour une puissance de 1670 chi et une pression de vapeur de 2,3 atm, la consommation étant de 1,64 kg/chi/h. armement après transformation en 1898. 4x14 cm + 2 canons revolver - (1870)  2x14cm coque fer

 historique

    10-1-1860 : acheté en Angleterre à l'armateur londonien H.F. Tiarks, pour transporter quatre canonnières démontables vers la Chine. Son coût est de 1.300.000 frs.     1-3-1860 : à Toulon venant de Brest (Cdt Le Fraper).     6-12-1860 : aménagé en navire-hôpital en Chine.     13-1-1861 : escale à Alexandrie, en route pour la Chine avec 170 pax (CF Libaudière).     1863 : appareillage de Saïgon pour Suez avec 400 pax malades ou blessés (43 mourront pendant la traversée).     1865 : transport de troupes (480 pax).     26-2-1869 : échoué au bassin à Lorient.     2-4-1869 : sortie du bassin n°2.     28-8-1870 : en partance pour Saïgon. Il fera deux aller-retour en un an.     15-6-1871 : de Saïgon pour Toulon (Cdt Azan).     1884-92 : école des torpilleurs aux Salins d'Hyères.     1896 : bâtiment de défense mobile à Toulon.     1-1898 : en réserve à Toulon.     1898 : ravitailleur de charbon de l'escadre de la Méditerranée (2500 t). Sa mâture a été aménagée pour accueillir un appareil Temperley qui lui permet de ravitailler en marche à la vitesse de 10 n.     22-11-1902 : rayé.     1903 : vendu à Toulon - démoli à Marseille mais coule dans le bassin.     8-1903 : renfloué pour achever la démolition. Isère 3-mâts barque sur plans Lemoine de la Moselle.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Isère Lorient 13-7-1863 22-4-1866 6-1866 22-3-1911

 caractéristiques

dimensions 67.20 x 62.20 (flot.) x 9.43 x 4.06 m déplacement 1284 tx, 2040 tpc vitesse 10.37 n effectif 5 off. + 64 h propulsion 1 hélice - machine à vapeur de 160 chn, 645 chi -  Gréé en 3 mâts barque puis 3 mâts goélette avec phare carré à l’avant (1682 m²). machine Indret compound à 3 cylindres à bielles renversées : d = 1,2 m ; c = 0,6 m ; 1 chaudière ; 8,33 n à 68 t/mn pour une pression de 2 atm et une puissance de 645 chi, la consommation étant de 1,51 kg/chi/h.  armement 1866 : 2x30 1872 : 2x14cm 1883 : 1x12 cm

 historique

    14-1-1869 : arrivée à Cherbourg, venant du Havre.     17-1-1869 : appareille de Cherbourg pour Rochefort.     3-2-1869 : appareille de Rochefort.     6-2-1869 : arrivée sur rade Cherbourg, venant de Rochefort.     15-2-1869 : appareille de Cherbourg pour Brest.     24-2-1869 : appareille de Cherbourg pour Lorient, puis Rochefort.     26-3-1869 : arrivée à Rochefort venant de St Nazaire.     11-4-1869 : départ de Rochefort pour Brest.     17-8-1869 : en avarie à Oran.     29-8-1869 arrivée à Toulon.     31-12-1869 : escale à Port-Louis, en route pour Rochefort, venant de Lorient.     1-5-1870 : arrivée à Toulon, venant de St Nazaire.     24-6-1870 : à Rochefort, venant de Brest.     8-7-1870 : arrivée à Lorient.     16-4-1874 : appareille de St Nazaire.     Fin 1884 : voyage au Tonkin.     21-5-1885 : appareillage de Rouen pour transporter la statue de la Liberté à New-York.     19-06-1885 : arrivée à new-York.     21-07-1885 : retour à Brest.     1904 : refonte.     1908 : remise en service, mais le navire marche mal.     12-1909 : désarmé à Rochefort vu l’état de sa coque.     22-03-1911 : condamnée.     27-4-1824 : relâche à Quiberon à cause de la tempête.     29-4-1924 : arrivée à Lorient venant de Rochefort, remorqué par le Renne - ponton.     1940 : utilisée comme ponton à l’embouchure du Scorff rive droite, a le triste privilège d’être un des pontons d’accostage, rive droite des sous marins allemands revenant de mission de juin 1940 à mars 1941 avec les canonnières Audacieuse et Surveillante.     13-2-1943 : touché par les bombardements - sabordé par les allemands en rade de Lorient (Sainte Catherine) - non renfloué, puis arasé pour permettre la construction du port de plaisance de Locmiquélic. (1990 ?). Charente Transport à 3 mâts gréé barque.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Charente  Angleterre 1-08-1862 26-01-1932

 caractéristiques

dimensions 69.7 x 9.65 x 2.64 x 4.29 (c) m déplacement 1620 tpc ; 5471 t légales effectif 55 h propulsion 1 hélice - machine à pilon de 200 chn - voilure : 771 m² armement 4x12 NR3 (en 1863 : 2x18)

 historique / history

    1-8-1862 : acheté en Angleterre.     14-08-1862 : arrivée à Cherbourg, venant d'Angleterre.     31-08-1862 : appareille pour Toulon;     6-9-1862 : est abordée par le Fleurus devant Gibraltar, d'où une escale forcée à Cadix pour réparations.     11-10-1862 : arrivée à Toulon. Réparations complètes à La Seyne.     3-1863 : sortie de bassin à La Seyne.     25-06-1863 : départ de Toulon pour Vera-Cruz avec un chargement de poudre.     12-1863 : retour à Toulon et désarmée.     1863-64 : à Cherbourg.     1864-66 : refonte et changement de la machine.     12-1866 : réarmée.     22-2-1867 : arrivée au Mexique pour évacuation des troupes.     9-3-1867 : appareille pour la France avec du matériel et 23 pax.     13-6-1867 : arrivée à Toulon de 906 pax d'Ajaccio.     31-07-1867 : quitte Toulon pour Ténériffe en remorquant la Tirailleuse affectée au Sénégal.     25-08-1867 : retour à Toulon.     8-09-1867 au 29-08-1868 : service de poste entre Bordeaux et le Havre.     4-1-1868 : arrivée à Lorient.     7-1868 : réaffectée au transport.     16-3-1869 : sortie de la darse Vauban (Toulon), pour aller régler son compas sur quatre coffres.     18-10-1869 : de Rochefort à Bordeaux.     5-5-1870 : arrivée à Lorient, venant de Brest, puis Rochefort et St Nazaire.     8-6-1870 : appareille de Lorient pour St Nazaire.     1871 : rapatrie des prisonniers de Gluckstadt.     1873 ou 74 : prêtée comme navire câblier au ministère de l'Intérieur pour près de 60 ans !     26-01-1932 : remis à la marine Nationale et condamné. Européen

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Européen Scott & Co, Greenock, Ecosse 24-4-1855 25-01-1861 2-4-1895

 caractéristiques

dimensions 93.20 (89.12 fl.) x 11.90 x 6 m déplacement 2350 tx ; 4260 tpl vitesse 10.5 n effectif 119/150 h propulsion  1 hélice - machine à vapeur de 400 ou 500 chn - voilure : 1352 m² Machine à pilon à 2 cylindres : d = 1,83 m ; c = 0,905 m ; 3 mâts goélette avec phare carré à l’avant. armement 4x138 ou  2x138 + 1x65 + 4 canons revolver ou 2x14cm + 1X4 (il variera) coque fer

 historique

    11-1-1860 : acheté au "Royal Mail", et rebaptisé Européen.     27-1-1860 : appareillage de Lorient pour Toulon (CF Le Fraper).     10-2-1860 : à Toulon.     1860 : transporte les canonnières 19, 24, 25 et 29 vers la Cochinchine.     4 juil. 1863 : quitte Saïgon pour Suez.     17 août 1863 : arrivée à Suez.     12 au 18-12-1863 : escale à Pondichéry, en route vers Saïgon avec un bataillon d'infanterie de marine.     3-1-1864 : arrivée à Saïgon.     21-2-1864 : départ de Saïgon pour le France (CF Gisquet).     3-3-1864 : escale à Singapour.     23-3-1864 : arrivée à Saint-Denis.     9-4-1864 : départ de Saint-Denis pour la France avec escales au Cap, à Gorée et Saint-Vincent.     2-7-1864 : à Lorient, venant de Cochinchine.     28-4-1868 : appareille de Lorient pour Halifax (CV Ribourt).     11-1-1869 : essais de machines à Toulon.     1876-77 : station d'Algérie.     11-1884 : remorque la canonnière Turquoise au Gabon.     1887 : bâtiments central de la défense mobile à Toulon     7-1887 : annexe du Japon.     20-9-1891 : armé pour remplacer la Loire, ponton-caserne à Saïgon.     2-4-1895 : rayé.     1896-1907 : charbonnière à Saïgon.     1911 : démolition. Ariège Coque en fer - Réputé très mauvais navire du point de vue qualités nautiques Iron-built hull - Very bad seaworthiness

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Ariège  FCM, La Seyne 7-1855 31-7-1856 19-4-1859 13-5-1895

 caractéristiques

dimensions 72.31 x 10.3 x 5.05 m déplacement 2 200 t effectif 117/125 h propulsion 1 hélice - machine de 180 chn - charbon : 220 t voilure : 1523 m² (Gréé en 3 mâts barque) Machines horizontales à bielles renversées ; 2 cylindres : d = 0,9 m ; c = 0,54 m ; 1 chaudière tubulaire ; pression de vapeur 2,6 atm ; 80 t/mn ; hélice double bipale de 3,4 m de diamètre ; puits d’hélice. Rayon d’action 1650 nautiques à 10 n. En 1864 à la suite d’un échouage la machine de l’Ariège fut remplacée par celle de 200 chn de la Zénobie : 2 cylindres à bielles renversées : d = 1,14 m ; c = 0,86 m ; 2 chaudières ; hélice 2 ailes double de 4,76 m ; alors : 10,4 n à 61,2 t/mn pour une pression de 2,65 atm et une puissance de 823 chi, la consommation étant de 1,88 kg/chi/h. (Gréé en 3 mâts barque) armement origine : 2x12cm canons obusiers puis : 2x14 NR1

 historique

    1959-64 : transport en Méditerranée.     1-4-1859 : installation de stalles à Toulon.     24-5-1859 : appareille de pour Gênes avec la flottille intérieure d'Italie (CA Dupouy).     7-6-1859 : arrivée à Toulon avec le Panama, le Caffarelli et 1426 prisonniers autrichiens.     7-1-1861 : appareille de Toulon pour Gaëte avec les vivres pour l'escadre.     19-1-1861 : appareille de Gaëte pour Toulon.     10-1-1862 : appareillage de Toulon pour le Sénégal et le Gabon.     8-5-1862 : retour à Toulon, venant du Gabon.     3-9-1862 : appareille de Toulon pour Alger et Oran, afin d'y prendre des troupes pour le Mexique.     4-8-1863 : appareillage de Toulon pour le Sénégal et le Gabon, avec escale à Alger pour charger 50 chevaux.     1964 à 6-1867 : désarmé.     2-1864 : prise de commandement du CF Bélégic.     8-6-1864 : de Toulon pour Mostaganem.     5-8-1864 : de Toulon pour le Sénégal, Gorée et le Gabon (CF Barthes).      1867 : stationnaire en Afrique occidentale (CF de Léonard de Ricard).     11-3-1867 : quitte le Gabon pour retourner en France.     1870 : reconstruction à Lorient sur cale     11-1884 : envoyé au Sénégal.     1885-86 : Sénégal et Gabon.     3-9-1887 : appareille de Brest pour le Sénégal en transportant la canonnière Emeraude.     2-1889 : envoyé à Madagascar - désarmé au retour à Brest.     13-05-1895 : rayé.     1896 : vendu pour démolition à Diégo-Suarez. Vienne Très similaire à l'Isère ci-dessus.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Vienne  FCM, La Seyne 14-4-1863 19-10-1863 6-7-1864 11-12-1903

 caractéristiques

dimensions 63.70 x 9.43 x 3.16 m déplacement 1116 t - tonnage légal voile : 932 t, vapeur : 550 t vitesse 10 n effectif 48 h propulsion 1 hélice - machine de 150 chn, 565 chi - charbon : 118 t - voilure : 1682 m² machine compound à pilon Forges et Chantiers de la Méditerranée : 2 Cylindres HP, 2 BP ; chacun des cylindres HP était au dessus du cylindre BP correspondant, et ils étaient tous 2 accouplés sur la même bielle ; d = 0,5 m (HP) et 1 m (BP) ; c = 0,75 m ; 600 chi ; chaudière Belleville à tubes horizontaux (7 atm) ; condenseur par surface ; hélice de 5,2 m de diamètre ; 8,37 n à 62,5 t/mn pour une puissance de 565 chi, une pression de vapeur de 2,5 atm, et une consommation de 1,54 kg/chi/h. Cette machine jugée trop lourde (513 kg/chi contre 300 pout les machines ordinaires) et trop complexe sera remplacée en 1872 par une machine compound à pilon composée de 2 cylindres système Wolf : d = 0,82 m (HP) et 1,45 m (BP) ; c = 0,9 m d’une puissance de 600 chi. armement 2x30 obus. - 1874 : 2x14cm sur gaillards

 historique

    12-6-1867 : arrivée à Lorient.     22-6-1867 : désarmé à Lorient.     13-2-1869 : arrivée à Lorient, puis Brest et Cherbourg (LV Chevalier).     4-3-1869 : à Cherbourg venant de Brest avec un chargement de canons.     5-4-1869 : arrivée à Lorient venant de Brest (LV Chevalier).     19-4-1869 : départ de Lorient pour St Nazaire.     23 au 24-4-1869 : de St Nazaire à Rochefort.     4-5-1869 : de Rochefort pour Bordeaux.     23-12-1869 : arrivée à Rochefort venant de Brest.     27-5-1870 : appareille de Toulon pour Rochefort.     22-6-1870 : appareille de Rochefort pour Brest (LV Chevalier).     23-6-1870 : escale à Lorient.      4-4-1881 : armé.     5-2-1882 : Désarmé.     1882-83 : changement de chaudière.     2-11-1903 : arrive à Lorient.     28-11-1903 : quitte Lorient, retardé pendant cinq jours suite à une avarie de machines - en route vers Saint Nazaire, puis Rochefort et Toulon.     10-12-1903 : appareille de Rochefort.     11-12-1903 : perdu corps et biens dans le golfe de Gascogne - seuls des caisses de pyrotechnie provenant de Lorient sont repêchées et identifiées, ainsi qu'un chronomètre sur la plage du Croisic confirment son naufrage, qui ne sera pas localisé. Moselle La Moselle est l'un des premiers transports de matériel qui ne soit pas une gabare à voile - construction en fer - deux ponts superposés. - Elle a servi de modèle pour la Vienne et l'Isère. la Caravane a été construite 15 ans plus tard sur les mêmes plans

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Moselle  J & G Thompson, Govan, Glascow 11-12-1856 23-5-1859 9-2-1887

caractéristiques

dimensions 62.20 x 9.35 x 4.17 x 5.80 (c) m déplacement 1972 t - tonnage légal à voiles : 932 tx, à vapeur : 559 t vitesse 10 n effectif 48/54 h propulsion 1 hélice - machine de 120 chn - gréé en 3 mâts barque voilure de 744 m². Machine à pilon à 2 cylindres : d = 1,12 m ; c = 0,786 m ; 2 chaudières ; hélice de 3,63 m de diamètre ; 9,05 n à 58,7 t/mn pour une pression de vapeur de 2,3 atm et une puissance de 525 chi. armement 1867 : 2 espingoles 2x14cm rayés coque fer

 historique

    23-05-1859 : acheté en Angleterre.     10-6-1860 : appareillage de Toulon pour transporter des troupes à Gênes.     28-6-1860 : arrivée à Toulon, venant de Gênes.     11-7-1860 : appareillage de Toulon pour Beyrouth.     1862-63 : Mexique (épidémie de variole à bord).     26-2-1862 : arrivée à Toulon, venant de Ténériffe.     14-4-1862 : arrivée à Toulon.     8-8-1862 : à Fort de France.     25-10-1853 : appareille de Papeete pour les îles Sandwiches.     30-7-1864 : de Toulon pour Tunis (LV Fabre) avec 1000 t de combustible pour l'escadre.     15-9-1864 : à Toulon, venant de Tunis .     10-1865 : Ajaccio.     1867 : en réserve.     7-2-1868 : départ de Civita-Vecchia.     7-2-1869 : appareille du Sénégal pour Lisbonne (LV Letourneur).     25-2 au 3-3-1869 : escale à Lisbonne, puis retour sur Rochefort.     16-3-1869 : arrivée à Rochefort, venant de Saïgon avec escale à la Réunion et au Cap - désarmé.     31-3-1869 : LV Jean Mahé nommé commandant.     6-5-1869 : à Lorient.     7-5-1870 : arrivée à Cherbourg, venant d'Alger.     1877-78 : côtes de France.     9-2- 1887 : rayé. Caravane Mêmes plans que la Moselle.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Caravane  Lorient 11-1870 1876 1878 23-10-1900

caractéristiques

dimensions 62.20 x 9.3è x 4.17 x 5.80 (c) m déplacement 1867 t vitesse 10 n effectif 48/54 h propulsion 1 hélice - machine de 120 chn - gréé en 3 mâts barque voilure de 677 m². Machine Indret compound à pilon ; 2 cylindres : d = 0,82 m (HP) et 1,45 m (BP) ; c = 0,9 m ; 2 chaudières ; hélice 4 pales de 3,75 m de diamètre ; 10,1 n à 78 t/mn pour une puissance de 677 chi et une pression de vapeur de 2,3 atm, la consommation étant de 1,04 kg/chi/h ; armement 2x12 cm rayés coque fer

 historique

    23-10-1900 : abordage en Mer du Japon. Prince Jérôme

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Prince Jérôme (ex-Annibal) Lorient 17-9-1827 2-12-1853 1-9-1854 13-7-1886

 caractéristiques

dimensions 62.86 x 16.84 x 8.04 m déplacement 4 450 tx (en 1872) vitesse 10 n effectif 883 h propulsion  2 hélices - machine Schneider de 650 chn - charbon : 548 t voilure / sails : 2 710 m² armement 1858 : bat1 : 24x30 + 8x22cm - bat2 : 26x30 + 6x22cm - gaill : 4x30 NR1 +14x30 NR4 blindage doublage de bordé de 20 cm d'épaisseur coque bois

 historique

   
Loiret     1-1-1859 : arrivée à Gorée, venant du Gabon (Cpt Rouillon).     21-1-1859 : appareille de Gorée pour Ste Marie.     15-5-1859 : arrivée à Gorée , venant du Gabon.     17-4-1860 : arrivée à Singapour, venant de Toulon.     22-4-1860 : appareillage pour la Chine.     27-3-1862 : appareillage de St Nazaire pour le Havre.     11-5-1862 : appareille du Havre pour Cherbourg.     17-5-1862 appareille de Cherbourg pour Lorient.     29-5-1862 : arrivée au Havre.     1-10-1862 : appareille de Cherbourg pour la côte occidentale d'Afrique (COA).     11-3-1863 : quitte le Gabon pour la France, avec escale à Grand Bassam et Gorée.     30-5-1863 : arrivée à Cherbourg.     29-11-1863 : départ de Cherbourg (Cdt Testard du Cosquer).     29-12-1863 : arrivée à Gorée, venant de Cherbourg.     2-1-1864 : appareillage pour Madagascar.     24-2-1864 : escale au Cap.     16-3-1864 : arrivée à Saint-Denis.     30-3-1864 : départ de Sainte-Marie (Madagascar).     3-4-1964 : escale à Tamatave.     6-4-1864 : arrivée à St Denis (Cdt Testard).     5-1865 : au mouillage à St Denis.     10-1865 : arrivée à la Réunion, venant de Maurice.     5-1866 : courrier inter-îles à la Réunion.     2-4-1869 : en armement.     10-5-1869 : de Cherbourg vers station en Islande.     11-9-1869 : de Cherbourg pour la COA.     4-1870 : appareille de Gorée pour le Gabon.     20-8-1871 : appareille de Dakar.     13 au 18-9-1871 : escale à Rio.     28-9-1871 arrivée à Montevideo.     4-7-1872 : appareille de Dakar pour Rochefort.     21-7-1872 : arrivée à Rochefort.     1876-78 : division navale de l'Atlantique Sud.     4-1-1882 : rayé.     1883 : démolition à Rochefort. Somme     29-10-1857 : armé pour essais.     30-6-1858 : armement définitif.     4-9-1858 : sortie de Lorient pour Brest en tant que corvette d'instruction de l'Ecole Navale.     1859 : bâtiment d'instruction, annexe du vaisseau-école Borda.     5-10-1859 : appareille de Brest pour la division des côtes orientales d'Afrique (la Réunion).     3-5-1860 : appareillage de Port-Louis (Maurice) pour Madagascar, Mayotte et Nossi-Bé.     7-1861 - mission à Zanzibar (LV Ansart).     11-10-1861 : retour en France.     1-11-1861 : désarmé.     1862 : réarmé et repart en Afrique occidentale.     18-1-1863 : appareillage de Brest vers Rochefort.     24-1-1863 : appareillage de Rochefort vers le Gabon avec escale au Sénégal et à Gorée.     13-2-1863 : arrive au Sénégal.     6-4-1863 : arrivée Gabon.     23-4-1863 :appareillage pour Accra, Porto Novo et Fernando Po.     2-5-1865 : sur rade de Freetown (Sierra Leone).     6-10-1865 : retour à Brest.     1866 : refonte à Brest pour devenir transport de passagers.     8-6-1867 au 11-6-1869 : affecté au service local de La Réunion.     15-2-1868 : arrivée à St Denis, venant de Suez.       22-7-1869 : appareille de la Réunion pour Tahiti.     9-10-1869 : échouage sur une roche en Nlle Calédonie.     11-11-1869 : déséchouée par le Guichen.     19-8-1871 : retour à Brest.     27-6-1872 : rayée des listes de la flotte - ponton-amiral à Brest en remplacement de la Nymphe.     10-9-1882 : vendue pour démolition. 17-9-1827 : mise sur cale sous le nom d'Annibal.     1828 : travaux ralentis, puis abandonnés.     1852 : décision de la transformer en mixte.     14-8-1853 : inspection des travaux par le Ministre Théodore Ducos.     2-12-1853 : nouveau lancement.     24-5-1854 : rebaptisé Prince Jérôme.     1-9-1854 : armé pour essais avec un équipage réduit de 140 hommes.     7-11-1854 : armé à effectif complet (C.V. Didelot)     14-11-1854 : atteint une moyenne de 10 nœuds aux essais de vitesse.     6-12-1854 : quitte Lorient pour Toulon.     25-12-1854 : réparation du coussinet arrière porte-hélice à Toulon.     7 au 26-2-1855 : utilisé comme transport de Toulon à Constantinople avec des troupes et remorquant l'Hercule.     4 au 5-3-1855 : de Constantinople en baie de Kamiesh, toujours avec l'Hercule.     14-3-1855 : retour à Constantinople.     4-4-1855 : retour à Toulon.     7-6-1855 :  de Marseille à Constantinople pour apporter des troupes.     19-6-1855 :  repos à Kamiesh avant retour en France.     30-6-1855 : escale au Pirée.     13-7-1855 : arrivée à Toulon - réparations aux cylindres.     12 au 14-8-1855 : traversée de Toulon à Alger, transportant 1250 soldats, 100 condamnés et du matériel.     18 au 20-8-1855 : retour à Toulon.     27-8-1855 : quitte Toulon avec 1336 soldats et des munitions.     31-8-1855 : escale à Malte     7-9-1855 : arrivée à Constantinople.     5-10-1855 : retour à Toulon, passe au bassin pour visite.     10-11-1855 : on est obligé d'enlever l'arbre porte-hélice. Le Prince Jérôme est sorti provisoirement de bassin pour laisser la place au Charlemagne.     7-2-1856 : sortie pour essais.     16-3-1856 : appareille de Toulon.     29-3-1856 : escale à Malte     9-4-1856 : arrivée à Kamiesh, en avarie de machine.     17-4-1856 : départ de Kamiesh portant 1200 zouaves     8-5-1856 : arrivée à Alger.     15 au 17-5-1856 : voyage d'Alger à Malte.     24-5-1856 : escale au Pirée.     30-5-1856 : arrivée à Kamiesh, pour embarquer 1213 soldats.     19-6-1856 : arrivée à Marseille.     20-6-1856 : de Marseille à Toulon.     2-9-1856 : escorte le roi Pierre V du Portugal (alors âgé de 19 ans) aux régates de Paco d'Arcos.     30-100-1856 : appareille de Lisbonne, relevé par l'Austerlitz.     4-11-1856 : arrivée à Brest – entre en carénage.     25-2-1857 : en réarmement.     28-5-1857 : quitte Brest pour Toulon.     23-6 au 5-8-1857 : quatre sorties pour exercices aux Salins avec l'escadre.     21 et 22-8-1857 : de Toulon à Ajaccio pour exercices et croisière avec l'escadre.     31-8-1857 : mouillage à La Goulette.     18-9-1857 : escale à Barcelone.     7 au 21-10-1857 : de Toulon à Brest avec la 2e Division (Austerlitz, Ulm et Tourville).     1858 : en escadre.     10-6-1858 : désarmement     22-8-1858 : placé en réserve     1-6-1859: réarmé pour essais.     3-6-1859: sortie avec le Colbert.     10-6-1859:  en commission de port.     7-1860 : réarmé pour essais avec 200 hommes, puis remise en réserve.     18-6-1862 : réarmé en transport à effectif réduit.     28 au 30-8-1862 : Toulon à Oran, avec 668 hommes du 67e de ligne.     5-9-1862 : quitte Oran à destination du Mexique.     6-9-1862 : le feu se déclare dans la membrure entre les 3e  et 7e  sabords de la batterie basse. On n'arrive pas à découvrir l'origine du feu malgré de nombreux coups de sonde à la tarière. Les 7 pompes suffisent à peine, le bateau entre à Gibraltar.     7 au 9-9-1862 : la lutte contre le feu continue.     10-9-1862 : la Dryade reçoit l'ordre de venir de Cherbourg à Gibraltar pour prendre les passagers du Prince Jérôme et les emmener au Mexique.     26 au 28-9-1862 : de Gibraltar à Toulon pour réparations. La cause de l'Incendie semble avoir été une fuite de vapeur du tuyau d'extraction qui aurait pourri la muraille.     6-10-1862 : arrivée à Naples avec le prince Napoléon et la princesse Clotilde.     5-11-1862 : placé en réserve 1ère  catégorie.     1863-64 : grand carénage.     1865-70 : désarmé – la puissance nominale est réduite à 530 ch.     19-9-1870 : rebaptisé Hoche.     6-6-1872 : rayé – mais la carrière du i va rebondir. Le bagne de Toulon est encombré, le gouvernement veut augmenter les déportations pour pallier le problème. On recherche donc des moyens de grandes capacités. Dans ce contexte, le projet de l'ingénieur de 2e classe Vidai pour convertir le Hoche en transport à voiles pouvant porter 800 condamnés et 200 passagers libres avec 400 hommes d'équipage est plébiscité     27-9-1872 :  approbation du projet par le Directeur des Constructions Navales.     10-1872 :  début des travaux.     28-11-1872 : réinscrit sur les listes de la Flotte comme transport à voiles et rebaptisé Loire – les travaux de transformation commencent     11 à 12-1872 : nouvelle transformation - débarquement de l'artillerie et de la machine - remplacement de l'ancienne mâture par un gréement plus léger – installation de la nouvelle artillerie et de ses munitions -agrandissement de la dunette - construction d'une teugue à l'avant pour y loger une partie de l'équipage -Installation de bouteilles latérales en dehors de la coque; dans la batterie haute - aménagement d'un poste à l'avant pour le reste de )'équipage, et de prisons pour environ 350 détenus, séparées du poste par une Infirmerie - dans la batterie basse, prisons pour environ 330 détenus – faux-pont aménagé pour loger les passagers libres - Vivres: 10 mois pour l'équipage et les passagers libres, 5 mois pour les condamnés.     20-2-1873 : fin des travaux.     1-3-1873 : en armement (C.V. Jacques dit Lapierre)     19-4-1873 appareille de Toulon avec des passagers: 6 marins, 1 gendarme, 82 artilleurs, 51 fantassins, 40 civils, 26 femmes, 18 enfants,  et des déportés : 16 agents de surveillance et 650 condamnés.     27-4-1873 : franchissement de Gibraltar     9 au 11-5-1873 : escale à Dakar.     23-7-1873 : arrivée à Nouméa.     21-8 au 1-12-1873 : retour à Brest     10-12-1873 : désarmé.     1 à 3-1874 : modifications aux emménagements pour réduire la capacité en condamnés au profit des passagers libres.     4-1874 : en réarmement (C.V. Mottez)     18-5-1874 : embarque 280 forçats à Brest et 50 déportés arabes à Quélern, puis appareille pour Nouméa.     7 au 9-6-1874 : mouillage sur rade de l'Ile d'Aix pour embarquer 700 passagers (dont 40 femmes), et 320 condamnés     23-6-1874 : escale à Santa-Cruz de Ténériffe.     16-10-1874 : arrivée à Nouméa.     10-11-1874 : quitte Nouméa pour la France.     24-1-1875 : escale à Ste-Hélène.     26-2-1875 : arrivée à Fort-de-France, ayant escorté depuis Ste-Hélène le trois-mâts Lamentin, qui craignait une révolte de ses passagers Indiens.     1-3-1875 : quitte Fort-de-France.     26-3-1875 : arrivée à Brest – carénage.     15-1-1876:  , en réarmement, à l'effectif de 409  hommes (C.V. Salmon)     7-3-1876 : quitte Brest, remorqué  par le Valeureux avec 516 passagers et déportés     8 au 17-3-1876 III, relâche à  l'île d'Aix à cause du temps, puis repart remorqué par le Travailleur.     28-3-1876 : escale à  Santa Cruz de Ténériffe.     21-6-1876 : arrivée à Nouméa.     13-7-1876 : appareille de Nouméa.     8-8-1876 : escale à Sydney.     11-9-1876 : escale  à Papeete.     29-11-1876 : retour à Brest - carénage.     1-3-1877 :  réarmement, puis direction l'île  d'Aix pour y embarquer des déportés.     9-5-1877 : escale à Ténériffe.     6-8-1877 : arrivée  à Nouméa.     9-9-1877 : quitte  Nouméa (C.V. Hyacinthe Aube).     29-9-1877 : escale à  Papeete.     4-12-1877 : escale à Ste Hélène.             1-1878:  retour à Brest - désarmé – carénage.     12-7-1878 : Brest à Rochefort.     17-7-1878 : quitte Rochefort avec 360 déportés.     25-10-1878 : arrivée à Nouméa après escale à Ténériffe (26-7).     30-11-1878 :  quitte Nouméa, rapatriant 71 déportés de la Commune, graciés ou malades. La Vire l'accompagne.     3-2-1879 : escale à Ste Hélène.     18-3-1879 : retour à Brest.     1-6-1879 : nouvel appareille de Brest.     5 au 8-6-1879 : escale à Rochefort, pour embarquer ses passagers.     23 au 30-6-1879 : escale à Ténériffe.     30-9-1879 : arrivée à Nouméa.     1-11-1879 : quitte  Nouméa avec 295 ex-déportés  de la Commune.     11-1-1880 : escale à Ste. Hélène.     5-3-1880 : retour à Brest.     20 au 22-9-1880 : de Brest à  Rochefort.     26-9-1880 : quitte Rochefort     12-10-1880 : escale à Ténériffe.       20-1-1881 :  arrivée à Nouméa, après avoir subi dans un gros temps des dégâts aux mâts et une grave avarie de !a  chaudière dlstillatolre.     19-2-1881 : repart de Nouméa.     28-4-1881 : escale Hélène.     5-6-1881 : arrivée à Brest.     4-12-1881 : quitte Brest  avec 400 passagers et déportés.     29-12-1881 : escale à Ténériffe.         26-3-1882 : arrivée à Nouméa.     28-4-1882 : quitte Nouméa pour la France     6-7-1882 : escale à Ste Hélène.     24-8-1882 : retour à Brest.     16-9-1882 : désarmé pour  carénage.         1-8-1883 : quitte Brest avec 1.260 passagers {équipage compris}.     21-8-1883 : escale à Ténériffe.     24-11-1883 : arrivée à Nouméa.     22-12-1883 : appareillage de Nouméa pour retourner sur Brest avec 620  passagers.     16-2-1884 : escale à Ste Hélène.     6-4-1884 : retour à Brest – désarmé – carénage     1-11-1884 : appareille de Brest pour Toulon.     26 au 30-11-1884 : escale à Toulon pour charger ses passagers.     15-3-1885 : arrivée à Nouméa.     10-4-1885 : retour pour la France.     29-6-1885 : escale à  Ste-Hélène.     19-7-1885 : porte assistance. à la goélette Don Juan dont trois hommes avalent assassiné leur second, et lui fournit des vivres.     30-8-1885 : retour à Brest.     22-9-1885 : désarmé.     13-7-1886 : rayé pour la deuxième fois.     10-12-1886 : en réarmement, étant  affecté à la Division navale de  Cochinchine comme ponton.     15-1 au 2-2-1887 : de Brest à Toulon.     3-1887 : appareille de Toulon pour Saïgon.     1-1889 : en compagnie de l'Alouette et de la Sagaie, le contre-amiral de La Jalle effectue une tournée dans le delta.     21-3-1889 : départ de l'amiral de La Jalle, qui passe à bord du Turenne, et retour à bord du C.V. de La Maisonneuve.     7-4-1891 : séjour à Saïgon d'une escadre russe, et réception à bord du Tsarévitch (le futur Nicolas Il).     26-12-1895 : relève de la Loire par la Triomphante, à bord de laquelle passent le Cdt et tous les services; en désarmement.     1896 : condamné, remis aux Domaines et mis en vente au prix de 60.000 Fr.
cette page Loiret 1855 Somme Japon Isère 1863 Charente Européen Ariège Vienne Moselle Caravane Pince Jérôme 1870