© Dossiersmarine - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III
Frégates cuirassées   -
 COURONNE

 Trois-mâts à coque en fer (première frégate française construite dans ce matériau). Les plans sont directement inspirés de ceux de la Gloire.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Couronne

 Lorient

14-02-1859

28-04-1861

2-12-1862

1-12-1908

caractéristiques

dimensions

81.85 (80 flot.) x 16.70 x 7.80 x 8.60 (c) m

déplacement

6.428 t

vitesse

12.77 n

effectif

570 h - en école de canonnage :  1.200 h      

coque

fer

propulsion

- chaudière Indret 8 corps 32 foyers, 1 hélice à 6 ailes de de 5.80 m de diamètre

- Machine horizontale Mazeline à bielles renversées  900 chn, 2900 chi : 2 cylindres : d = 2,08 m ; c= 1,27 m ; 2900 chi ; 8

chaudières tubulaires ; hélice 6 pales de 5,8 m de diamètre.

950 chn, 2900 chi  - 1 hélice à 6 ailes de 5.80 m

charbon :  650/1000 t

voilure : 1621 m² (3 mâts carré)

armement

1861 36 canons de 30 rayés, modèle 1860 4  sur les gaillards

1864 : bat :20x16cm rayés (mod 1860) + 16x50 lisses - gaill 4x16cm rayés (changés par 4x80 obus.)

1870 : bat : 8x24cm - gaill : 4x19cm

1881 : batterie basse 3 canons de 24, 3 de 19 et 3 de 16 cm, batterie haute 16 canons de 14 cm, gaillard 3 canons de 10 cm

blindage

Système de protection composite s’étendant sur toute la longueur du bâtiment. Au niveau de la ceinture il comprenait en partant de l’extérieur :

un blindage de fer forgé de 10 cm, une couche de teck de 10 cm, une couche constituée de lattes de fer forgé de 3,4 cm d’épaisseur, une

deuxième couche de teck de 28 cm, et enfin le bordé en fer épais de 2 cm. Le blindage qui recouvrait complètement les flancs au dessus de la

ceinture avait 8 cm d’épaisseur, et le pont était constitué de 10 cm de teck recouvert par une tôle en fer de 1,25 cm d’épaisseur. Les principaux

barrots étaient en fer. Le pont de la batterie était à 1,8 m au dessus de la flottaison. L’avant était renforcé pour permettre l’abordage, et pour

limiter l’étendue des avaries subies lors d’une telle collision une cloison étanche avait été disposée à 6,5 m de l’étrave. Poids de l’ensemble du

système de protection : 1600 t. (Jean Marpeaux).

historique

4-3-1858 : ordonnée.

24-9-1858 : attribution du nom.

2-2-1862 : armée pour essais à Lorient (CV Penhoat)..

18-3-1862 : appareillage de Lorient vers essais.

16-4-1862 : appareillage de Lorient pour Cherbourg.

22-7-1862 : en réserve 1 à Cherbourg.

1-5-1865 : participe à la revue navale de Marseille, puis va en Algérie avec Napoléon III.

17-1-1867 : réglage des compas au mouillage des quatre coffres (Toulon).

24-2-1869 : réarmée à Toulon.

30-8-1869 :  arrivée sur rade à Toulon venant d'Ajaccio avec l'escadre.

1870 : flottille de Paris.

12-6-1870 : à Oran.

13-1-1871 : de Toulon pour golfe Juan.

15-3-1871 : de la rade de Villefranche pour Marseille pour prévenir des émeutes chez

les dockers.

5-1876 : 2e division de l'escadre d'évolution, se rend à Salonique après l'assassinat des consuls de France et d'Allemagne.

1877-78 : escadre d'évolution.

1881 : utilisée comme école de canonnage à Toulon, transformée sur les plans de l'ingénieur Cousin. On enlève la cuirasse, remplacée par un bordé en bois de même

épaisseur, on ajoute un spardeck en matériau de fer léger et une dunette, ce qui donne l'aspect d'un vaisseau à 2 ponts type "Napoléon". On remplace également la

mature réduite par une mature complète de vaisseau. On supprime 2 corps de chaudière sur 8 ce qui réduit la puissance à 600 cv. L'hélice est de type "Mangin" et

l'équipage est de 1200 hommes. L'artillerie est également modifiée.

1-12-1908 : remplacée comme bâtiment école de canonnage et désarmée.

1910-1932 caserne à l'atelier central de la Flotte à Toulon

25-10-1933 : vendu pour démolition à M. Bonturi pour 226100 Francs.

1934 : Démolition achevée.

classe GLOIRE

Trois-mâts à coque en bois conçu par Dupuy de Lôme, plans de Audenet. Il a un blindage à la flottaison de 4,72" d'un poids total de 810 tonnes. Il fut le premier

cuirassé de haute mer, point de départ de toute l'évolution postérieure qui connut son apogée avec les super-cuirassés de la deuxième guerre mondiale (appelés

Dreadnought par les Anglais). La voilure (gréement barquentine) a été surestimée à 27.000 pieds carrés (au lieu des 11.800 standards). Elle sera réduite par la suite.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 

Gloire

Toulon

5-1858

24-11-1859

4-1860

27-12-1879

Invincible

Toulon

5-1858

4-04-1861

6-3-1862

12-8-1872

 

Normandie

Cherbourg

14-09-1858

10-03-1860

13-05-1862

1-08-1871

caractéristiques

dimensions

77,40 (80,39 ht, 77,89 flot) x16,82 x7,62 x 8,16 (c) m

déplacement

5 617 t - TL vapeur : 1839 tx

vitesse

13.10 n (Normandie 13.3 n)

effectif

550 h

propulsion

Gloire : voilure : 1.096 m² (3 mâts goélette avec phare carré à l'avant), puis 1621 m² (3 mâts barque), puis 2500 m² (3 mâts carré).

Gloire & Invincible : Machines horizontales FCM à 2 cylindres à bielles renversées et à action directe.(d = 2,08 m ; c = 1,27 m) ; 2500 chi ; 50 t/mn ;

8 chaudières tubulaires ; surchauffeurs de vapeur ; hélices à 6 pales de 5,8 m de diamètre. Gloire : 12,8 n à 50,8 t/mn pour une pression de 2,25

atm et une puissance de 2537 chi.

Normandie :  1 hélice, machine Mazeline 900 chn, 3253 chi -  13,3 n à 53,48 t/mn pour une pression de 2,54 atm et une puissance de 3253 chi ;

après son désarmement cette machine équipera le Tonnerre.

armement

+ origine : 36 x 30 (34 en batterie/battery, 2 sur gaillard)

+ après refonte/after total refit : 8x24 cm ; 4x19cm

+ Gloire 1870 : bat: 6x24cm - gaill : 2x19cm

            1880 : bat: 34x16cm - gaill : 2x 16cm

+Invincible & Normandie :

            1867 : bat : 16x16 cm rayés M1864 + 12x50 - gaill : 2x16cm rayés + 2x80 obusiers

            1869 : bat : 6x24 cm - gaill : 2x19 cm rayés

blindage

12 cm en fer forgé à la ceinture

autonomie

3700 N à 8 n

coque

fer

historique / history

Gloire

    26-12-1859 : armé pour essais.

    7-1860 : en travaux d'armement à Toulon.

    9-1860 : escorte Napoléon II sur l'Aigle pour aller en Algérie.

    15-10-1860 : appareille de Toulon pour les ports de Lorient, Brest, et Cherbourg en démonstration.

    30-11 au 1-12-1860 : essais de tenue à la mer au large de Toulon.

    11-2-1862 : à Villefranche avec le Robuste.

    6-3-1862 : appareillage de Toulon.

    9-6-1862 : sortie pour essais.

    20-7-1863 : appareillage de Toulon vers Cherbourg.

    30-4-1864 : sortie de Toulon pour essais de machine.

    26-5-1864 :  appareillage avec (’escacdre d'évolution) de

Toulon pour Tunis (Cdt Cosonier).

    5-1865 : accompagne Napoléon III en Algérie.

    1865 : refonte avec modification de l'artillerie.

    17-12-1866 : désarmé.

    21-10-1867 : réarmé.

    30-3-1868 : désarmé.

    22-5-1869 : réarmé.

    6-11-1869 : désarmé.

    18-7-1870 : réarmé.

    14-2-1871 : désarmé à Brest.

    1865 : refonte.

    1879 : rayée

    1880 : démolition à Brest.

Invincible

    

19-4-1862 : appareillage de Toulon pour essais.

   

29-6-1863 : appareillage de Toulon pour Cherbourg (en cours de réarmement).

   

12-7-1863 : arrivée à Cherbourg (CV Tabutcao).

   

5-1865 : acompagne Napoléon III en Algérie.

   

1868 : artillerie modifiée.

   

9-3-1868 : appareille d'Oran pour Brest (CA Cornulier-Lucinière).

   

17-3-1868 : arrivée à Brest.

   

1-1870 : en réserve - puis escadre du Nord.

   

8-8-1870 : surveillance des pêches à Terre-Neuve.

   

12-8-1872 : rayée.

   

1875 : démolition à Cherbourg.

Normandie

    3-12-1861 : essais en rade de Cherbourg.

    21-7-1862 : appareille de Cherbourg pour le Mexique.

    26 au 30-7-1862 : escale à Madère.

    16-8-1862 : arrivée à Fort de France.

    22-11-1862 : débarquement à Tampico.

    12-1862 : appareillage de Vera Cruz pour les Antilles.

    27 sept 1863 : appareillage de Cherbourg avec la division navale des bâtiments cuirassés.

    3 oct 1863 : escale à Brest, puis appareillage pour les Canaries,

    25 nov 1863 : rentre à Cherbourg en provenance des Canaries (CV Jaureguiberry).

    1863 : affectée au Mexique.

    5-1865 : accompagne Napoléon III en Algérie.

    1-1870 : désarmé.

classe FLANDRE

Frégates cuirassées à coque en bois (sauf Héroïne) mais les parties non protégées des extrémités sont en fer, sur plans Dupuy de Lôme.

nom

chantiers

armement

tx

dimensions

vit.

sur cale

lancement

en service

rayé

Flandre

Cherbourg

bat. 20x16 cm rayés + 10x50 ;

5980

80.06 x 17.08 x 8.4 m

-

28-01-1861

21-06-1864

5-1865

1886

gaill. 2x16 cm + 2x50

1865 : 11x16 cm

1868 : 8x24cm + 6x19cm

 Gauloise

Brest

4x24cm, 7x19cm, 6x16cm

5720

78.6 x 17.02 x 8.02 m

14.5

21-01-1861

26-04-1865

5-12-1867

1883

puis 11x19 cm

868 : 8x24 + 4x19cm

 Guyenne

Rochefort

10 x50 + 10x16cm

5720

78.6 x 16.94 x 8.4 m

12.83

17-02-1861

06-09-1861

6-11-1867

1887

puis : 4x24cm, 7x19cm, 6x16cm

1868 : 8x24 + 4x19 +5x4 cm

1878 : ajout de 6 canons revolvers

+ des torpilles

Héroïne

Lorient

bat. 20x16 cm rayés + 10x50 ;

5890

80 x 17.06 x 8.4 m

13.26

10-06-1861

10-12-1863

7-06-1865

1892

gaill. 2x16 cm + 2x50

1867 : bat 8x24cm +6x19cm ; gaill 1x19 + 6x16cm

1876 :  bat 8x24cm ; gaill 3x19 cm+ 2x14cm ;

 embarcations : 1x12 + 4x4cm

Magnanime

Brest

bat. 20x16 cm rayés + 10x50 ;

5770

78.6 x 16.7 x 8.4 m

13.99

27-02-1861

16-09-1864

1-11-1865

1882

gaill. 2x16 cm + 2x50

puis 4x24cm, 10x19cm

Provence

Toulon

 bat. 20x16 cm rayés + 10x50 ;

5810

78.85 x 17 x 8.3 m

14.24

7-01-1861

29-10-1863

1-02-1865

1886

 gaill. 2x16 cm + 2x50

1865 : 10x19cm

1868: gaill. 4x24cm, 8x19cm

Revanche

Toulon

bat. 4x24cm, 6x19cm, 7x16cm

5820

78.85 x 17.06 x 8.2 m

13.35

3-1861

28-12-1865

12-08-1867

1892

gaill. 1x19 cm + 6 x 16 cm

1867 : bat 8x24cm + 6x1cm ;

gaill 1x19 + 6x16cm

Surveillante

Lorient

8x24 (sur réduit), 4x19cm (en batterie)

5900

78.6 x 17.3 x 8.4 m

12.83

28-01-1861

18-08-1864

21-10-1867

1889

1869 : les 4x19cm sont remplacés par 8x24cm

1873 : les  24 sont remplacées par des

27cm modèle 1870 + 5x4cm + 6 canons revolvers

Valeureuse

Brest

4x24cm, 10x19cm

5900

78.6 x 17 x 8.5 m

14.03

23-05-1861

18-08-1864

25-03-1867

1886

Savoie

Toulon

bat. 20x16 cm rayés + 10x50 ;

5830

78.85 x 17 x 8.3 m

13.78

3-1861

20-09-1864

9-11-1866

1888

gaill. 2x16 cm + 2x50

1866 : gaill. 8x24cm, 4x19cm

caractéristiques communes

effectif

572/580 h

propulsion

machine : machines à 9 bouilleurs de 900 chn ; 1 hélice ; charbon : 590/650 t

voiles : 1960 m² (3 mâts barque), puis trois-mâts carré

Machines horizontales à 2 cylindres à bielles renversées Forges et Chantiers de la Méditerranée (Provence), Mazeline (Flandre et Héroïne) et

Indret (Surveillante et Guyenne) ; Héroïne : 13 n à 53 t/mn pour une pression de 2,4 atm et une puissance de 3230 chi, la consommation étant de

2,4 kg/chi/h ; Guyenne : 14,5 n à 55 t/mn pour une pression de 2,57 atm et une puissance de 3536 chi. Machines compound à 3 cylindres à

bielles renversées Forges et Chantiers de la Méditerranée (Savoie), Mazeline (Magnanime), Indret (Valeureuse). Machines à 3 cylindres

indépendants à bielles renversées Mazeline (Gauloise), Forges et Chantiers de la Méditerranée (Revanche) ; Gauloise : 13,8 n pour une pression

de 2 atm et une puissance de 3776 chi, la consommation étant de 1,37 kg/chi/h. Pour toutes (2 ou 3 cylindres) : dimensions des cylindres : d = 2,1

m ; c = 1,3 m ; 8 chaudières ; hélices 4 ailes de 6,1 m. Ces unités entrèrent en service entre 1865 et 1867. La Magnanime fut lors de sa mise en

service le premier grand vapeur de notre flotte à être doté d’une machine compound.

blindage

15 cm à la ceinture, 11 cm sur la batterie

historique

Surveillante

    5-1867 : division cuirassée de Cherbourg.

    21-8-1867 : armée définitivement.

    4-1-1868 : échouée au bassin à Lorient.

    25-1-1868 : sortie de la forme NR 2.

    22-2-1868 : appareille de Lorient  pour Brest.

    3-1868 : division cuirassée du CA d'Hornoy, basée à Cherbourg.

    4-3-1868 : arrivée à Cherbourg, venant de Brest, pour réparations.

    4-1869 :  en réserve.

    7- 1870 : porte le pavillon du CA Bouet-Willaumez commandant en chef de l'escadre du Nord.

    4-1871 : en réserve.

    1876 : escadre d'évolution de la Manche.

    6-1877 : rallie Toulon pour renforcer l'escadre de la Méditerranée pendant la guerre Russo-Prussienne.

    10-1878 : escadre de l'amiral Cloué.

    1-02-1879 : échouage au Golfe-Juan mais est renfloué le 2.

    14-2-1879 : mis en réserve.

    3-1880 : réintégration de l'escadre de la Méditerranée

    4-1881 : expédition de Tunisie. La Surveillante débarque 450 hommes, quelques chevaux et une batterie de montagne à Tabarka (Tunisie).

    16-07-1881 : participe à la prise de Sfax.

    1-1882 : appareille pour Brest.

    5-1882 : désarmé à Brest pour travaux

    7-1882 : escadre de réserve

    12-1882 : en réserve à Cherbourg

    4-1883 : intègre une division d'essais dissoute le 27 mai par suite de l'expédition du Tonkin.

    6-1883 : réserve

    11-1884 : désarmé

    13-05-1887 : condamnée.

    1888-90 : utilisée comme bâtiment central de la réserve.

    1890 : rayé des listes de la Flotte.

    1898 : charbonnière Cherbourg.

Flandre

29-12-1860 : ordonné.

1865 : division cuirassée à Cherbourg.

13-7-1865 : appareille de Cherbourg pour visite à l'escadre cuirassée de

Plymouth.

3-1-1867 : appareille de Cherbourg pour Vera Cruz.

1867 : au Mexique pour protéger le rapatriement de nos troupes.

20 au 28-8-1867 : de Brest à Cherbourg, avec relâche à St  Malo et Plénan.

3-1879 : fin des travaux de modifications à Cherbourg.

30-12-1869 : à Cherbourg pour réglage des compas.

1870 : escadre du Nord.

9-7-1870 : appareillage de Brest.

3-1871 : en réserve à Cherbourg.

1875 : modification de l'artillerie.

1887 : démolition à Cherbourg.

Flandre

Héroïne

    1865-70 : entre Cherbourg et Toulon.

    3-1-1867 : appareille de Cherbourg pour Toulon (CV Sagot Duvauroux).

    30-8-1869 :  arrivée sur rade à Toulon venant d'Ajaccio avec l'escadre.

    12 au 14-1-1867 : relâche à Gibraltar pour soutage.

    17-1-1868 : arrivée à Toulon pour carénage (CV Duvauroux).

    1870 : escale à Héligoland.

    19-6-1870 : de Toulon pour Alger.

    5-1877 : division du Levant.

    1877-78 : escadre d'évolution en Méditerranée.

    10-01-1893 : rayée des listes, mais affectée comme ponton-magasin à Dakar.

    Fin 1893 : appareille de Brest à la voile (les machines ont été débarquées) pour les

Salins d'Hyères, afin d'embarquer du matériel.

    24-01-1894 : appareille de Toulon pour Dakar.

    1901 : coulée volontairement au large de Dakar.

Gauloise

8-2-1868 : au mouillage à Cherbourg avec la division cuirassée.

2-6-1868 : de Cherbourg pour exercices de l'escadre cuirassée pendant deux mois.

31-12-1868 : sur rade de Cherbourg.

1870 : escadre du Nord.

9-7-1870 : appareillage de Brest.

1884 : démolition à Cherbourg.

extrait de la Revue Maritime et Coloniale de 1865

"Mise à l'eau de la Gauloise. - Le 26 avril dernier, à l'occasion des fêtes qui viennent d'avoir lieu à

Brest pour l'inauguration du chemin de fer qui unit désormais Paris à cet important arsenal

maritime, au milieu d'une foule immense accourue de tous les points de la Bretagne, a eu lieu le

lancement de la frégate cuirassée la Gauloise.            '

La Gauloise, de mène que la Magnanime et la Valeureuse, a été mise en chantier au port de

Brest, dans les premiers mois de l'année 1861. Ces frégates sont aujourd'hui toutes les trois à flot. Les deux dernières, en cours d'armement, seront prêtes à prendre

la mer vers le mois de juillet de cette année. la Gauloise, selon toute probabilité, sera en état de faire ses essais vers la fin de la présente année.

Les plans de ces frégates cuirassées ont été conçus par M. Dupuy de Lôme, directeur des constructions navales; la longueur de la carène à la flottaison en charge hors

cuirasse est de 80 mètres; la largeur au milieu de 17 mètres, le déplacement de 5,753 tonneaux. Comme dispositions générales, c'est la reproduction du type Gloire,

seulement l'auteur a eu soin d'apporter dans l'exécution de cette oeuvre nouvelle les améliorations que lui ont indiquées l'expérience et l'observation.  C'est ainsi

que la Gauloise, allongée de quelques mètres, possède en pleine charge une batterie élevée sur l'eau de 2m25 au lieu de 1 mS5 et une machine de 1,000 chevaux,

qui doit lui faire obtenir une vitesse de 14 nœuds (on se rappelle que la machine de la Gloire n'est que de 900 chevaux); l'épaisseur de la cuirasse à la flottaison a été

portée à 15 centimètres au lieu de 12; enfin, les emménagements intérieurs ont été remaniés de manière à ne rien laisser à désirer sous le rapport du bien-être de

l'état-major et de l'équipage.

La batterie de la Gauloise avait été primitivement destinée à recevoir 34 canons rayés du calibre de 30, mais aujourd'hui que des pièces nouvelles beaucoup plus

puissantes et d'un poids plus considérable sont en construction, elle en recevra naturellement un nombre moindre, de manière à ce que le poids total de son

artillerie reste le même. En outre, 4 pièces seront installées sur les gaillards.

Les soutes ont une capacité suffisante pour recevoir 650 tonneaux de charbon, 75 jours de vivres, et 30 jours d'eau pour un équipage de 600 hommes, de manière à

pouvoir effectuer, sans relâche, les plus longues traversées et à. pouvoir exécuter, sans se ravitailler, de plus longues croisières.

En résumé, la Gauloise et les frégates du même type: Va1eureuse et Magnanime à Brest, Provence à Toulon, Flandre à Cherbourg et Héroïne à Lorient, résolvent

aujourd'hui, on peut le dire sans trop de présomption, d'une manière aussi complète que possible, le problème du navire de haute mer et réalisent ainsi, quant à

présent, le desideratum suprême du marin, à savoir: vitesse pour atteindre l'ennemi, puissance dans l'attaque, résistance très-énergique de la coque à l'artillerie

connue."

Guyenne

15-5-1867 : entre en armement définitif à Rochefort (CV Morier déigné pour suivre les travaux).

20-8-1867 : sur rade de l'île d'Aix.

8-2-1868 : au mouillage à Cherbourg avec la division cuirassée.

2-6-1868 : de Cherbourg pour exercices de l'escadre cuirassée pendant deux mois.

30-12-1870 : escale à Queenstown.

17-1-1871 : à Brest venant de Bork (Irlande) et de Cherbourg.

1874-77 : en réserve.

1877-78 : escadre d'évolution.

1880-1882 : désarmée.

19-10-1882 : rayée.

Magnanime

   

1-11-1865 : armé pour essais (CV Périgot).

7-1866 : toujours en armement définitif - puis affecté division cuirassée à Cherbourg.

3-1-1867 : appareille de Toulon pour Vera-Cruz - escorter le rapatriement des troupes (CV du Pin

de St André).

12-1-1867 : escale à Gibraltar.

20 au 28-8-1867 : de Brest à Cherbourg, avec relâche à St  Malo et Plénan.

24-6-1869 : entrée en rade de Toulon (CV Dupin de St André).

8-1870 : escadre du Nord.

31-12-1870 : de Toulon pour le golfe Jouan.

21-3-1871 : à Toulon venant d'Alger.

29-3-1871 : de  Toulon pour Villefrance en station.

17-6-1871 : de Villefranche à Toulon (CV Vicary) - en armement.

1872-75 : en réserve à Toulon.

21-10-1876 : Cdt : CV Gisquet.

27-10-1877 : Cdt : CV Conte.

1879 : condamnée.

5-5-1882 : rayé.

1883 : vendu pour démolition à Toulon.

Provence

    1863 : baptisée par l'impératrice (CV de Surville).

    1-1864 : armée pour essais - commandée par le CV Dupin de St André.

    15-9-1864 : le matelot Joseph Boulaire, inscrit maritime de l'arrondissement de Saint Brieuc,

chute sur le pont depuis la vergue de misaine. Il est tué sur le coup.

    1-2-1865 : incorporée à l'escadre d'évolution

    1-5-1865 : participe à la revue navale de Marseille.

    4-4-1866 : inauguration de la statue de Suffren à St Tropez.

    7 à 10-1866 : en Adriatique.

    9-3-1869 : prend son mouillage en petite rade de Toulon.

    30-8-1869 :  arrivée sur rade à Toulon venant d'Ajaccio avec l'escadre.

    31-12-1870 : de Toulon pour le golfe Jouan.

    4-1871 : désarmée - en réserve.

    7-12-1875 : réarmée.

    1879-81 : division du Levant.

    3-5-1886 : rayée.

    1893 : démolition à Toulon.

Revanche

12 au 20-8-1867 : de Toulon à l'île d'Aix.

13-1-1868 : appareille de Toulon.

17-3-1869 : arrivée à Toulon our réparations.

30-8-1869 :  arrivée sur rade à Toulon venant d'Ajaccio avec l'escadre.

1870 : escadre du Nord.

17-7-1870 : appareillage de Toulon pour Mers-el-Kébir, Cherbourg, Héligoland (CV

Laurent Lejeune).

20-3-1871 : à Toulon venant de Cherbourg.

1-4-1871 : désarmée - en réserve 3.

15-5-1877 : explosion de la chaudière Bd à l'appareillage à Toulon (26 morts et 60

blessés).

1889-91 : annexe de la

.

1892-93 : bâtiment central de la défense mobile en Algérie.

10-1-1893 : rayé.

Savoie

25-3-1865 : armée pour essais.

30-5-1866 : arrivée à Toulon.

16-6-1866 : essais à grande vitesse.

6-1866 : au bassin à Toulon.

1867 : division cuirassée à Cherbourg.

2-6-1867 : en essais devant Toulon (CV Allemand). $

12 au 20-8-1867 : de Toulon à l'île d'Aix.

8-2-1868 : au mouillage à Cherbourg avec la division cuirassée.

2-6-1868 : de Cherbourg pour exercices de l'escadre cuirassée pendant

deux mois.

23-2-1869 : appareille de Cherbourg pour la Martinique avec le Jean-

Bart.

21-6-1869 : arrivée à Brest avec la division cuirassée de l'Océan.

27-6-1869 : de Cherbourg à Brest.

7-1870 : affecté à l'escadre du Nord.

20-3-1871 : à Toulon venant de Cherbourg.

1-4-1871 : désarmée - en réserve 3.

1 à 8-1873 : campagne en Méditerranée (CV Eugène Sellier) .

4-9-1873 : Mers-el-Kébir.

1874-76 : en réserve à Toulon.

15-4-1876 : réarmée.

1876-78 : escadre d'évolution (1ère division).

1879 : Brest.

1883 : division de réserve à Cherbourg.

19-11-1888 : rayé.

1889 : démolition à Cherbourg.

Valeureuse

  

 27-2-1867 : armée pour essais - division cuirassée à Cherbourg.

    13-1-1868 : appareille de Toulon.

    30-8-1869 :  arrivée sur rade à Toulon venant d'Ajaccio avec l'escadre.

    1870 : déculassement accidentel d'une pièce de 24 (10 tués).

    7-1870 : campagne d'Heligoland (escadre du Nord).

    1-1871 : croisière devant la Gironde, puis devant Vigo pour bloquer la corvette prussienne Augusta

(CV Pasquier de Fanclieu).

    1-4-1871 : désarmée à Brest.

    1873 : de Brest pour escadre d'évolutions à Toulon.

    7-1877 : désarmée à Brest.

    9-11-1886 : rayée.

    1888 : démolition.

Commandants successifs  1859-60 - CV Majastre 1860-62 - CV Ohier 1862-64 - CV Cosnier 1864-66 - CV Miquel de Riu 1867-68 - CV de Surville 22-5-1869 au 1-7-1869 - CV Lewal 1-7-1869 au 6-11-1869 - CV Conrad 18 au 21-7-1870 - CV Dupin de St André 21-7-1870 au 12-1-1871 - CV Desaulces de Freycinet 12-1-1871 au 14-2-1871 - CV Lefort
cette page Couronne Gloire Invincible Normandie Flandre Surveillante Hérïne Gauloise Guyenne Magnanime Provence Revanche Savoie Valeureuse