© Dossiersmarine - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III
Corvettes à roues (suite) -
classe Phoque Conçu comme paquebot en bois sur plans de Boucher - destiné à l'origine pour le service transatlantique, mais incorporé dans la marine avant achèvement.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Phoque Indret 2-3-1841 7-7-1842 21-4-1844* 8-9-1855  Espadon Indret 2-3-1841 4-10-1842 21-4-1844 16-12-1852  * d'autres sources donnent une mise en service le 7-7-1845

caractéristiques

dimensions 55.20 x 9.26 (15.8  HT) x 2.69 m déplacement 1196 t vitesse 9 n effectif 123 h propulsion 1 hélice - machine de 220 chn de Stehelin - charbon : 323 t 3 mâts avec voile carrée sur la seule misaine soit 1145 m². Le Phoque a été regréé en brick en 1850 avec 1807 m² - Machines à balanciers sur plans d’Hubert qui s’était inspiré de celle du Véloce et qui furent construites par Stehelin pour Phoque et Élan, et par Pauwels pour Espadon et Caïman. Roues de 6,7 m de diamètre ; 20 aubes de 2,75 x 0,66 m. Les Élan et Phoque furent utilisés pour réaliser des expériences sur la détente variable. Après la condamnation de l’Élan, sa machine sera remontée sur le Gassendi, et celle de l’Espadon sera remontée sur le Ténaré en 1853. armement origine : 6x16cm obusiers + 4 pierriers + 6 espingoles + 1x12 obus. (débarquement) puis Elan : 2x16cm obus. + 2 espingoles coque bois

 historique

Phoque

    1845-47 : Sénégal.     1848-49 : station des Antilles.     6-1850 : à Brest pour carénage.     1851 : Terre-Neuve.     13-12-1851 : appareillage de pour les Marquises avec escale à Valparaiso (CF Lévêque).     23-9-1853 : mouille à Pouhebo devant Hynguène (nord-est de la NC).     24-9-1853 : débarque à Balade et proclamer la Nouvelle-Calédonie française.     29-9-1853 : prise de possession de l'île des Pins (CA Febvrier-Despointes).     1-10-1853 : départ de l'île des Pins.     3-10-1853 : escale à Kanala.     4-10-1853 : escale à Kouanhoa.     9-10-1853 : retour à Balade.     8-11-1853 : appareille de Balade pour Aroma.     16-11-1853 : retour à Balade.     29-11-1853 : appareille pour l'île des Pins.     11-12-1853 : retour à Balade.     9-1-1854 : sur rade à Balade.     11-1-1854 : appareille pour Tahiti.     8-1854 : capture le navire russe le Courrier de 300 tx devant Valparaiso.     28-9-1855 : rayé - renommé Pingouin, ponton à Rochefort.

Espadon

    Espadon     3-1844 : voyage au Sénégal.     10-12-1845 : de Lorient pour le Sénégal.     6-1-1846 : escale à Gibraltar, en route pour Gorée.     1846 : stationnaire au Sénégal.     5-1846 : saisie du négrier brésilien la Sans-Pareille dans le golfe du Bénin (CC Bolle).     5-1847 : retour à Lorient.     1849 : récupère les chaudières de l'Archimède, mais reste désarmé.     6-1849 : Gorée, puis St Louis.     30-7-1849 : arrivée à Lorient, venant de St Louis.     1852 : désarmé. classe Véloce

nom

chantiers

machine

sur cale

lancement

en service

rayé

Caméléon Rochefort Indret 17-7-1837 20-11-1839 1-8-1840 4-4-1858 Gassendi Indret Indret 15-6-1837 27-9-1840 26-9-1840 23-2-1865 Lavoisier Indret Indret 16-8-1836 4-10-1838 1-1-1839 29-4-1865 Pluton Brest Schneider 26-2-1838 22-4-1841 11-8-1841 14-11-1854 Véloce Rochefort Fawcett 15-9-1836 12-3-1838 1-7-1838 16-11-1860

caractéristiques

dimensions 59.40 x 15.16 (HT) x 3.60 m Pluton : 60.25 x 4.41 x 4.60 m déplacement 1250 / 1330 t vitesse 10 n coque bois effectif 123 h armement origine : 3x22cm obus + 4x16cm obus Souvent, seuls les 16cm étaient embarqués. Le Pluton a changé en 1841 : 2x22cm + 4x30, puis en 1844 : 2x22cm +2x30. 1855 : 2 obusiers de 80 enlevés sur Caméléon et Gassendi effectif 123h propulsion machine Indret ou Fawcett de 200/220 chN, 440 chi Le Véloce fut équipé d’une machine anglaise Fawcett à balanciers ; 2 cylindres : d = 1,4 m ; c = 1,676 m ; 18 t/mn ; 440 chi. Les trois autres reçurent des machines Gengembre (Indret) qui étaient voisines de la précédente sans en être la copie ; leurs pistons avaient le même diamètre, mais une course de 1,52 m seulement. Les chaudières de ces trois bâtiments étaient toutefois différentes : 1 chaudière en 6 corps communicants pour les Lavoisier et Caméléon, 2 chaudières pour les autres ; Lavoisier : 8,3 n à 18,5 t/mn pour une pression de 2,34 atm, la consommation étant de 4,7 kg/chn/h. Pluton - Machine Schneider à balanciers, copie améliorée de celle du Véloce. Ce fut la première machine marine construite par cet établissement. Deux cylindres : d = 1,406 m ; c = 1,677 m ; 24 t/mn ; 660 chi ; roues de 7 m de diamètre ; 20 aubes de 2,75 x 0,68 m. 10,8 n à 24 t/mn. vitesse 7 n

historique / history

Caméléon

    1-8-1840 : armé à Rochefort.     1841 : Méditerranée (CC Sarlat).     23-7-1845 : à Marseille venant d'Oran.     25-7-1845 : à Toulon.     2-8-1845 : de Toulon pour Alger.     9-11-1845 : à Toulon.     28-11-1845 : de Toulon pour Alger.     4-6-1850 : désarmé.     23-11-1840 : arrivée à Alexandrie, venant de Toulon.     1-3-1852 : réarmé.     12-4-1852 : appareille de Brest pour St Pierre & Miquelon.     11 & 12-12-1852 : de Brest à Cherbourg.     1-1-1853 : appareille de Brest pour Lorient.     17-1-1853 : appareille de Brest pour Rochefort.     25-2-1853 : arrivée à Cayenne avec le CA Fourrichon nommé gouverneur de la Guyane.     7-3-1853 : escale à Fort de France.     13-3-1853 : départ pour Brest.     4-1853 : arrivée à Brest, venant de Cayenne.     26-2-1854 : arrivée à Toulon venant de Brest (Cdt Barbet).     1855 : guerre de Crimée en Mer Noire armé en transport.     9-6-1855 : appareille de Toulon pour Lorient.     22-7-1855 : appareille de Lorient pour Rochefort.     4-4-1858 : rayée.     1865 : démolition à Brest.

Pluton

1844 - campagne de Joinville sur les côtes Marocaines et bombardement de Tanger et de Mogador. 1845 : station du Levant. 1848-50 : Adriatique. 5-1851 : transporte notre ambassadeur à Constantinople. 1-1852 : appareillage de Toulon pour transporter des troupes à Civita Vecchia. 3 à 5-1852 : transports sur l'Algérie. 1853 : Levant. 15-6-1853 : de Toulon pour Cette et Alger. 20 au 23-6-1853 : d'Alger à Toulon. 27 & 28-3-1854 : escale à Malte. 19-5-1854 : affecté à l'escadre de la Mer Noire. 17-10-1854 : au bombardement de Sébastopol où il est remorqueur du Charlemagne. 14-11-1854 : pris dans une grosse tempête devant Sébastopol, va à la côte à Eupatoria - échoué et perdu. 28-11-1854 : le personnel est sauvé.

Gassendi

 Gasendi - dessin de Lebreton (coll. particulière) 18-4-1842 : de Brest pour Toulon (CC Bérard). 8-1844 : en opérations au Maroc. 6-8-1844 : bombardement de Tanger. 16-8-1844 : débarquement de Mogador. 17-10-1845 : de Toulon pour l'Océanie (CCJauvier). 27-10-1851 : appareillage de Toulon pour Montevideo, avec escales à Gibraltar, Madère et Rio. 27-12-1851 : arrivée à Montevideo. 6-3-1852 : à Montevideo. 10-7-1852 : de Rio vers la France. 1854-55 : guerre de Crimée comme transport. 13-9-1854 : de Lorient pour l'île d'Aix, remorquant la gabare la Recherche avec des prisonniers russes. 8-10-1858 : appareille de St Pierre et Miquelon (CV de Roncière le Noury). 21-10-1858 : arrivée à Lorient, venant de St Pierre et Miquelon. 1852 : station à Montevideo. 1854-55 : transformée en transport pendant la guerre de Crimée en Mer Noire. 19-10-1855 : appareille de St Pierre (Terre-Neuve) pour la France. 7-1-1856 : escale à Lisbonne, en route pour les Antilles. 1858-61 : en réserve. 30-9-1862 : sur rade de New-York. 23-2-1865 : rayé - charbonnier à Brest.

Véloce

24-5-1840 : à Toulon venant de Smyrne. 10 au 22-5-1840 : de Toulon à Rochefort. 11-7-1840 : appareillage de Rochefort. 14-7-1840 : arrivée à Cherbourg. 2 & 3-8-1840 : de Cherbourg au Tréport. 16-5-182 : de Toulon pour les îles d'Hyères (CC Goubin). 6-8-1844 : bombardement de Tanger. 27-7-1845 : à Toulon venant d'Oran. 5 au 18-9-1845 : de Toulon pour Alger et retour. 1846 : envoyé à Cadix par le maréchal Bugeaud pour prendre Alexandre Dumas et lui faire visiter les ports algériens. 20-8-1849 : appareille de Marseille pour Rome avec des troupes. 5-3-1850 : départ de Toulon pour Civita-Vecchia. 25-12-1850 arrivée à Toulon venant de Civita Vecchia 3-1-1851 : de Toulon à Bône. 6-1-1851 : retour à Toulon avec 360 pax (CF Roux). 16-4-1852 : appareille de Toulon pour une campagne à Terre-Neuve, via Lisbonne (CV Clavaud ou CF Louis Tabuteau). 8-4-1854 : esscale à Lavalette. 12-1854 :  quitte Eupatoria. 1855 : stationnaire à Toulon, prévu pour le transport des soldats. 3-1855 : sur rade d'Epatoria (Cdt Dufour de Montlouis) pendant une attaque russe. 22-5-1855 : départ pour la 2ème expédition de Kertch (Ukraine). 1858-60 : Mexique.

Lavoisier

8-7-1841 : armé à Lorient. 19-4-1842 : de Toulon pour Port-Vendres (LV Chieusse). 14-5-1842 : retour à Toulon. 30-9 au 5-10-1846 : de Tunis à Toulon. 18-12-1849 : arrivée à Oran, venant de Tanger. 22-6-1850 : appareillage de Oran pour une inspection des côtes. 22-3-1854 : départ de Lorient (CF Dieudonné). $30-4-1854 : appareillage de Gallipoli pour chercher des pirates grecs. 6-6-1854 : appareillage pour Alger et la Mer Noire (CV Lefraper). 15-8-1854 : embarquement de troupes ottomanes à Constantinople, pour la Crimée. 1855 : stationnaire à Toulon, prévu pour le transport des soldats. 3-7-1855 : appareillage de Toulon pour les mers du Sud. 21-12-1855 : à Valparaiso pour la division du Pacifique. 12-1-1856 : départ pour Callao. 22-5-1857 : quitte Callao. 27-4-1861 : armé. 4-7-1861 : de Toulon pour station Antilles et Amérique du Nord. 3-1-1863 : Fort de France. 6-1863 : Vera-Cruz. 1-10-1863 : à Carmen (Mexique). 20-7-1864 : à Lorient, venant du Mexique (CF Carpentier). 29-4-1865 : rayé - ponton à Lorient. 1886 : démolition à Lorient. Newton Plans de Moissard le Newton, échoué et perdu à Terre-Neuve le 10 juin 1857

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Newton Cherbourg 3-11-1845 14-10-1848 1-9-1849 10-6-1857

 caractéristiques

dimensions 57,95 (54,20 fl.) x 8,96 (17 hors tambours) x 3,48 m déplacement 924 t effectif ~ 123 h propulsion machine Cavé à cylindres oscillants de 220 chn - charbon : 190 t Machine Cavé à 2 cylindres oscillants obliques initialement prévue pour le Coligny : d = 1,405 m ; c = 1,76 m ; 3 chaudières tubulaires ; roues de 6,7 m de diamètre ; aubes de 0,4 m ; 10 n pour une pression de vapeur de 1,85 atm. Gréé en brick. Bon comportement à la voile comme à la vapeur. armement 1856 : 6x16cm obusiers coque fer

 historique

    8-10-1851 : appareillage de Cherbourg pour le Havre et Boulogne.     12-1851 à 6-1852 : station de Lisbonne (CF Simonet de Maisonneuve).     16-6-1852 : appareille de Lisbonne pour Brest.     21-6-1852 : arrivée à Brest.     26-12-1852 : arrivée à Bordeaux venant de Lisbonne.     16-3-1853 : de Lisbonne à Cadix.     25-5-1853 : entrée à Cadix de retour d'une campagne hydrographique sur le Guadalquivir.     5 au 8-12-1855 : escale à Ste croix de Téneriffe, en route pour la France.     26-1-1857 : du Havre à la Guadeloupe (CF Sagot Duvaroux).     10-6-1857 : naufragée dans la baie d'Ingornachois (Terre-Neuve) (CF Sagot- Duvauroult) - pas de victimes. Laborieux Commandé par Coligny en 1843. Utilisé essentiellement comme remorqueur basé à Rochefort. Les plans sont de De Senneville qui avait prévu une coque fer dans ses plans approuvés en mai 1847. C'est à la demande de Rochefort, que l'on se décida finalement pour une coque en bois.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Laborieux Rochefort 6-1847 29-7-1848 3-5-1849 5-12-1861

 caractéristiques

dimensions 48.40 (45 fl) x  8,50 x 4,01 m déplacement 850 t effectif 123 h vitesse 11 n propulsion machine Rochefort de 220 chn Machine à balanciers à 2 cylindres construite à Rochefort (elle avait été initialement prévue pour le Coligny). armement 1853 : 2 caronades 1830 : 2x30 coque bois

 historique

1-6-1847 : ordonné. 5-10-1849 : remorque la Gorgonne, en avaries lors de ses essais en Gironde. 20-7-1850 : appareillage de Rochefort pour Brest avec le Duguesclin comme conserve. 1-7-1852 : appareillage de Rochefort pour Brest. 23 au 31-5-1852 : de Brest à Cherbourg avec la Girafe en remorque. 1853 : stationnaire île d'Aix. 16-6-1853 : remorque l'Ile d'Aix en rade de Paimboeuf. 22au 24-6-1853 : repart de Nantes avec la même goélette pour Rochefort. 5-3-1854 : appareille de Rochefort pour Paimboeuf. 15-2-1855 : à Lorient venant de Paimboeuf. 25-3-1855 : arrivée à Rochefort. 28-4-1855 : à Lorient venant de Rochefort. 2-6-1855 : touche Lorient, arrivant de Rochefort, pour prendre en remorque la bombarde Torche vers Cherbourg. 23-7-1855 : appareille de Lorient pour Rochefort. 17-6-1857 : appareillage de Rochefort pour Bordeaux avec le Prégent en remorque. 29-6-1857 : appareillage de Bordeaux vers Rochefort avec le Renaudin en remorque pour montage machine. 4-4-1859 : arrivée au Havre avec une canonnière en remorque, venant de Bordeaux. La canonnière repart le 6 vers Rouen et Paris. 5-4-1859 : à Cherbourg. 14-4-1859 : à Lorient venant de Brest. 16-4-1859 : repart pour Rochefort. 6-1-1861 : escale à Lorient venant de Rochefort et repartant sur Bordeaux. 3-6-1860 : en rade de Brest. 24-6-1860 : arrivée à Brest, en provenance de Rochefort. Départ prévu pour Toulon. 6 & 7-1-1861 : escale à Lorient, venant de Rochefort, et emmenant 300 à Bordeaux 300 fusiliers marins pour Toulon. 5-12-1861 : rayé. 1865 : ponton. 1879 : démolition 1865-79 : ponton d'amarrage à Rochefort. 1879 : démolition. Souffleur corvette, puis aviso à roues de 2e classe - plans Gervaise

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Souffleur Indret 6-1847 17-9-1849 1-9-1850 12-7-1887

 caractéristiques

dimensions  49.20 x 46 (flot.) x 8.32 x 3.38 m déplacement 700 t vitesse 12 n effectif 127 h propulsion machine Indret de 220 chn, 538 chi - consommation : 2.72 kg/ch/h - charbon : 150 t Machine à balanciers ; 2 cylindres : d = 1,416 m ; c = 1,697 m ; 2 chaudières tubulaires ; roues de 6,8 m de diamètre ; aubes de 2,7 x 0,2 m ; 10,5 n à 22,4 t/mn pour une pression de 2,3 atm et une puissance de 538 chi, la consommation étant de 2,72 kg/chi/h. armement 1856 : 2x12 caronades 1863 : 6 c 1871 : 2x12 rayés coque fer - gréé en deux mâts goélette

 historique

1849 : basé à Brest, sa vie durant, comme stationnaire remorqueur. 4-7-1850 : mouille en rade de Port-Louis, venant d'Indret, et allant à Brest le lendemain. 1-9-1850 au 18-4-1854 : stationnaire et remorqueur à Brest. 12-2-1852 : arrivée à Lorient. 4-7-1852 : escale à Port-Louis, en route d'Indret à Brest. 2-4-1853 : arrivée à Rochefort, venant de Brest. 6-6-1853 : appareille de Brest pour Le Havre. 12-6-1853 : arrivée à Brest venant du Havre. 19-2-1854 : appareille de Rochefort pour Paimboeuf. 5-3-1854 : arrivée à Brest, venant de Cherbourg. 1854 : utilisé comme remorqueur de l'Inflexible pendant la guerre de Crimée. 20 au 29-5-1854 : escale à Kiel avec l'escadre française. 7-6-1854 : escale pour soutage à Dantzig. 14-9-1854 : de Lorient pour l'île d'Aix avec des prisonniers russes et remorquant l'Infatigable. 9-1854 : désarmé à Brest. 5-4-1855 : de Cherbourg pour Brest avec des militaires condamnés venant des prisons militaires de Beaulieu et du Mont-Saint-Michel. 25-7-1855 : arrivée à Lorient, venant de Brest. 26-7-1855 : appareille de Lorient pour Brest. 19-8-1855 : arrivée à Lorient, venant de Brest. 18-1-1857 : à Lorient. Souffleur - (c) photo Maréchal (coll. Charpentier) 5-7-1857 : en rade de Brest, de Rochefort. 1858 : Angleterre comme remorqueur. 15-4-1859 : à Cherbourg venant de Brest. 29-5-1859 : arrivée à Lorient, venant de Brest, et y retournant. 14-12-1859 : au secours du Duguesclin échoué près de l'île Longue. 9 & 10-2-1860 : à Cherbourg, venant de et retournant à Brest. 3-6-1860 : retour à Brest après pose de câbles .télégraphiques en Nord Bretagne. 16-6-1860 : arrivée à Brest, venant de Terre-Neuve, avec la Perdrix en remorque. 1861 : s'échoue à l'entrée de la Loire. 23-12-1861 : appareillage de Brest pour réglage des compas. 1-1862 : appareillage de Cherbourg pour Lorient. 8-2-1862 : appareillage de Cherbourg pour Brest. 6-6-1862 : appareille de Brest. 9-1-1863 : appareillage de Brest, en remorque, pour Lorient. 1-3-1863 : appareillage de Brest pour Cherbourg. 21-4-1864 : départ de Brest pour Cherbourg. 14-2-1868 : départ pour Brest avec 170 marins. 1870 : en Manche. 7-4-1871 : sur rade de Lorient. 31-5 au 10-6, puis 16-6 au 1-12-1871 : transport et surveillance des insurgés de la Commune à Brest, puis désarmement. 1873 : au Portugal comme remorqueur. 1875 : lors du sauvetage d'un trois-mâts russe devant Molène, il talonne dans le passage du Four, et coule avant d'atteindre le Conquet. Il put être remis à flot après deux jours et remorqué sur Brest. 1877 : stationnaire à Brest. 1885-88 : désarmé à Brest 12-7-1887 : rayé. 1889-99 : utilisé comme charbonnière. 1900 : démolition. Titan Le Titan est le premier bateau mixte français avec gréement à deux mâts. L'avantage du 2-mâts pour ces tonnage est double : il facilite le montage de la machine et les voiles de misaine ne sont plus abîmées par la proximité de la cheminée.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Titan Toulon 11-10-1842 19-3-1844 1-6-1844 4-5-1868

 caractéristiques

dimensions 53.87 x 9.45 (17.00 ht) x 3.85 m déplacement 1049 t vitesse 9 n effectif 123 h propulsion machine Cavé à cylindres oscillants de 220 chn - charbon : 175 t Machine Cavé à cylindres oscillants obliques ; 2 cylindres : d = 1,414 m ; c = 1,74 m ; chaudières tubulaires ; pression de 1,6 atm ; 12 aubes ; 9 n à 20,5 t/mn pour une pression de vapeur de 1,3 atm. armement  origine : 4x16 cm obusiers coque bois

historique 

7 au 25-10-1845 : de Toulon pour Oran et retour. 1 au 9-11-1846 : de Toulon à Philippeville et retour - station à Alger. 20-12-1845 : appareille de Toulon. 5-1-1850 : à Alger. 1-7-1850 : appareille de Alger pour une inspection de la côte est algérienne. 21-7-1850 : appareille de Bône pour Alger. 1-1861 : rappelé des côtes algériennes pour Toulon. 8-10-1851 : à Alger. 1854-55 : guerre de Crimée, armé en transport. 9-1-1861 : départ d'Alger. 14-1-1855 : de Toulon pour le Levant (455 pax). 25-1-1861 : arrivée à Toulon, venant de la station d'Alger (LV Nègre). 14-3-1868 : arrivée à Lorient, venant de Rochefort. 4-5-1868 : rayé. 1896 : démolition. classe Élan Plans de Boucher approuvés en juillet 1841, originellement destinés au service transatlantique, ils furent transférés à la Marine pendant leur construction; Leur motorisation est identique à celle de la classe Phoque.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Élan Indret 15-8-1841 30-3-1843 16-12-1843 28-10-1851  Caïman Indret 8-1841 28-6-1843 15-10-1843 2-4-1854

 caractéristiques

dimensions 54.08 x 9 x 3.85 m déplacement 1035 t vitesse Élan : 8.8 n ; Caïman : 9.22 n effectif ~ 123 propulsion machine de 220 chn (Élan : machine Stehelin ; Caïman : Pauwels) - voir Phoque. armement origine : 6x16cm obusier puis Caïman : 2x30 obus. +  2 espingoles coque bois

 historique

Caïman

    20-7-1843 : armé pour essais.     1845 : station côtes occidentales d'Afrique.     24-12-1845 : de Brest pour le Sénégal.     15-5-1849 : débarquement au Grand Bassam.     2-8-1850 : retour à Lorient venant du Sénégal.     25-8-1850 : désarmé.     21-5-1852 : appareille de Lorient pour la station du Brésil et de la Plata.     14-7-1852 : arrive à Rio après une escale à la Plata.     10-1853 : recueille à Mayotte l'équipage du navire anglais Crysalis, coulé dans les parages, et le transporte à la Réunion.     3-04-1854 : coulé à Aden par temps bouché, faute de pilote..

Élan

    1843 : complément d'armement à Lorient.     11-4-1843 : armé pour essais à Nantes.     17-8-1845 : armé à Lorient.     24-12-1845 : de Lorient pour le Sénégal.     1846 : appareille de Brest pour Cadix, Funchal et Gorée     1847 : stationnaire AOF     1847 : ramène du Sénégal le corps embaumé du gouverneur Bourbon-Gramont 1848 :  il porte à la Martinique le contre-Amiral Bruat nommé gouverneur de la colonie et commandant la station des Antilles, avec escale à Funchal (Madère) le 18 octobre 1848.     26-6-1849 : à la Guadeloupe.     7-1-1850 : Fort de France en station (CF Dieudonné).     2-5-1851 : appareillage de Fort de France pour Lorient, avec l'Anacréon en remorque.     25-6-1851 : arrivée à Brest (Cdt de Chastelier).     3 & 4-7-1851 : arrivée à Lorient, toujours avec l'Anacréon en remorque.     25-6 au 3-7-1851 : escale à Brest.     4-7-1851 : arrivée à Lorient.     17-08-1851 : désarme à Rochefort, et rayé. Archimède

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Archimède Brest 12-4-1841 25-4-1842 1-9-1842 25-4-53

 caractéristiques /data

dimensions 56,20 x 9,44 (15,80 HT) X 4,08 m déplacement 1 039 t vitesse 9 n effectif 123 h propulsion 1 hélice - machine de 220 chn voilure : 950 / 1127 m² Machine Schneider à balanciers de 660 chi : 2 cylindres : d = 1,42 m ; c = 1,68 m. Gréé en brick (1127 m²). armement origine : 2x22cm + 4x16cm coque bois

 historique 

    1842 : affecté au Ponant.     1844 : sous le commandement du CF Pâris, relie la France à la Chine par le Cap de Bonne-Espérance. Ce fut le premier vapeur français à doubler le Cap.     26-07-1847 : rentrée à Brest. - refonte des machines.     11-2-1849 : à Brest.     4-8-1849 : arrivée en rade de Brest.     16-8-1849 : arrivée à Brest, venant du Havre.     19-9-1849 : arrivée à Brest, venant de Rochefort.     22-12-1849 : arrivé en rade de Brest, venant de Cherbourg;     12-1849 : désigné pour le Brésil.     25-03-1850 : escale à Funchal.     3-4-1850 : arrivée à Montevideo.     1851-52 : station de la Réunion - Madagascar (CF Dauriac).     2-1852 : représailles à Port Lewey contre les assassins de l'équipage d'une goélette américaine.     8-01-1853 : désarmé en France.     25-4-1853 : rayé - ponton à Rochefort.     1865 :  rebaptisé Alligator.     1868 : démolition. Cuvier Plans inspirés de ceux des Gorgon et Cyclops anglais. - première corvette française à batterie

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

Cuvier Lorient 20-1-1841 5-9-1842 1-1-1843 25-1-1848

 caractéristiques

dimensions 60 (60 fl.)x 10,76 (17,32 ht) x 4,35/4,75 m déplacement 1656 t vitesse 9.1 n effectif 180h propulsion machine de 320 chn, 618 chi Machine anglaise Miller and Ravenhill à bielles directes qui fut victime de graves avaries ; 2 cylindres : d = 1,73 m ; c = 1,524 m ; 618 chi ; 23 aubes de 2,6 x 0,69 m ; pression : 1,3 atm à 23 t/mn ; 9,1 n à la vapeur seule ; avec l’aide de sa voilure il atteignait 10,5 n ; à la voile seule (aubes démontées) : 7,5 n armement bat : 12x30 court - gaill. : 2x80 obus. + 4x30 obus puis en 1845, tout sur le pont :8x30 NR2 + 4x22 obus. coque

 historique

31-12-1840 : ordonné. 25-1-1848 : coule au cours d'un exercice, après un incendie de ses soutes à charbon, au milieu de l'escadre d'évolution (cap Salinas, Majorque).