© Dossiersmarine - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III
Corvettes  cuirassées -

Tous ces bâtiments différaient des frégates au point de vue de la disposition de leur artillerie. Alors que celles-ci avaient toutes leurs pièces en batterie, ce qui

interdisait pratiquement le tir en chasse, les corvettes cuirassées avaient de chaque bord une tourelle fixe placée en saillie à l'aplomb du massif de la passerelle. Les

pièces de ces tourelles étaient protégées par un blindage. La cuirasse verticale des corvettes ne s'étendait pas jusqu'aux extrémités.

BELLIQUEUSE

Corvette en bois dessinée par Dupuy de Lôme - 3-mâts barque avec éperon en bronze à 3 mètre sous l'eau - blindage en fer forgé (wrought iron)  sur une ceinture

complète partant du ont batterie jusqu'à 1,40 m sous l'eau.

Wooden-hulled ship designed by Dupuy de Lôme - 3-master rigged as a barque with a bronze pointed ram 3 meters below water - complet belt from the battery deck

to 1.40 meter below water.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Belliqueuse

Touon

13-12-1863

6-9-1865

30-10-1866

3-5-1886

caractéristiques

dimensions

70 x 14 x 6,43 m

déplacement

 3 775 t

vitesse

 11,7 n

effectif

 310 h

propulsion

machine :

450 chn, 1200 che - voilure : 1 450 m² (barque), puis 1760 m² (carré)

Machine horizontale compound à bielles renversées de 1800 chi Forges et Chantiers de la Méditerranée : 3 cylindres : d = 1,54 m ; c =0,928 m ; 4

chaudières tubulaires avec surchauffe ; hélice 2 ailes doubles de 4,9 m de diamètre ; 11,8n à 64,5 t/mn pour une pression de 2,18 atm et une

puissance de 1229 chi, la consommation étant de 1,8 kg/chi/h. Rayon d’action 1400 nautiques à 10 n.

armement

 origine : 4x19,4 + 4x16 en batterie ; 6x16 sur le gaillard,

plus tard : les 19,4 et 16 modèle 1864 sont remplacés par des mod.

1870; 4 canons revolvers ajoutés, et 2 de 16 sont enlevés

blindage

ceinture : 15 cm, batterie : 12 cm - (blindage en fer forgé sur une ceinture complète partant du pont batterie jusqu'à 1.50 m sous l'eau)

coque

bois

 historique

    7-6-1866 : sort du bassin à Toulon, après doublage de la coque.

    22-12-1866 : départ de Brest (ou Toulon ?) - premier bâtiment de ce type à partir en campagne lointaine par le cap Horn (Pacifique) - navire amiral de la division

navale du Pacifique sous le commandement du contre-amiral Penhoat.

    31-12-1866 au 27-1-1867 : escale à Ste Croix de Ténériffe.

    10-3-1867 : escale en rade de Valparaiso, et Montevideo (CV Duroch).

    7-6-1868 : arrivée à Tahiti.

    4-12-1868 : mouille à St Denis, en route pour la France.

    23-12-1868 : appareille de St Denis pour Mayotte, Mohéli, Zanzibar.

    16-1-1869 : arrivée à Zanzibar.

    27-2-1869 : en rade de Simon's Town, venant de Mayotte.

    18--3-1869 : appareillage de Simon's Town pour Ste Hélène et la France.

    26-5-1869 : retour à Brest.

    9-6-1870 : appareille du Pirée pour Smyrne et les côtes de Syrie.

    1872-74 : division de Chine et Japon.

    3-5-1886 : rayé - bateau cible.

    1889 : vendu démolition.

 classe "ALMA"

    Corvettes trois-mâts barque dessinées par Dupuy de Lôme, à batterie centrale cuirassée. La coque était en bois, doublée par un blindage de 15 mm au dessus de la

flottaison. Elle était dotée d’un éperon 3,15 mètres, d’un réduit central et de deux tourelles «barbettes» en abord. Tous les unités de cette série sont destinées aux

stations et divisions navales d’outre-mer. Elles prendront l’appellation de cuirassés de 2e rang le 1er janvier 1873, puis de cuirassés de station le 1er janvier 1880.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Alma

Lorient

10-01-1865

26- 11-1867

14-01-1869

12-11-1886

 Armide

Rochefort

10-1865

12-4-1867

1867 ou 3-1869?

29-10-1882

 Atalante

Cherbourg

6-1865

9-4-1868

6-1869

2-2-1887

 Jeanne d'Arc

Cherbourg

5-1865

28-9-1867

9-3-1868

28-6-1883

 Montcalm (ex-Indienne)

Rochefort

26-10-1865

16-10-1868

1-10-1869

2-4-1891

 Reine Blanche

Lorient

10-1865

10-3-1868

9-1869

1893

 Thétis

Toulon

20-7-1865

4-1867

1-1869

 1896

extrait de la Revue Martime et Coloniale de janvier 1868

    "Mise à l'eau de l'Alma, corvette cuirassée à éperon et à fort central avec quatre tours fixes. –

     Cette corvette a été mise à l'eau le 25 novembre dernier à Lorient; son modèle a figuré à l'Exposition 

universelle de 1867. C'est un nouveau type de navire construit d'après le plan de M. Dupuy de Lôme, et

qui est représenté par les sept corvettes dont les noms suivent: Alma, Armide, Atalante, Indienne, Jeanne-

d'Arc, Reine-Blanche et Thétis. Quatre de ces navires sont à flot, en achèvement dans les différents ports;

les autres seront mis à l'eau très prochainement. .

    Voici quelques données principales sur ce type de navires. Leur longueur est de 70 mètres, leur largeur

de 14 mètres, leur tirant d'eau en charge de 5m96, leur déplacement de 3,l00 tonneaux.

    La carène du navire et les œuvres mortes du réduit central sont en bois; les œuvres mortes, à l'avant et

à l'arrière de ce fort centra], sont en tôle de 15 millimètres d'épaisseur. Toute ]a cuirasse repose sur ]a

coque en bois; l'épaisseur des plaques faisant ceinture autour de la flottaison est de 15 centimètres.

    Le fort central a 12 mètres de longueur; il est cuirassé jusqu'à la hauteur du pont avec des plaques de 12

centimètres; il est fermé, à l'avant et à l'arrière, par une cloison transversale recouverte de plaques de 12

centimètres. Ce réduit est percé de quatre sabords, deux de chaque bord; sa hauteur de batterie est de 2

mètres au-dessus de la flottaison.                     .

    Aux: quatre angles du réduit central, sur les gaillards, s'élèvent quatre tours fixes, à plaques tournantes,

portant chacune un canon en barbette. Ces tours font légèrement saillie sur les flancs du navire, de sorte

que les feux de leurs pièces, placées à 6m50 au-dessus de l'eau, peuvent converger à une faible distance

sur l'avant, sur l'arrière et par le travers du bâtiment, pour fournir un tir plongeant.

    La muraille des tours se compose d'une tôle de 12 millimètres d'épaisseur, d'un matelas en bois de 24

centimètres et d'une cuirasse de 10 centimètres.

    L'artillerie de ces corvettes cuirassées se composera de 4 canons rayés de 19 centimètres dans la

batterie centrale, de 4 canons rayés de 16 centimètres (nouveau modèle) dans les tours, et de 4 pièces rayées de 12 centimètres en bronze sur les gaillards, pour le

service des embarcations.

    L'avant du navire est muni d'un éperon en bronze pesant 22,000 kilogrammes.

    Les machines sont à trois cylindres horizontaux, de la force nominale de 450 chevaux, pouvant développer 1,800 chevaux effectifs à toute puissance. L'hélice est à

deux ailes doubles; son diamètre est de 4m90. La capacité des soutes à charbon est de 300 tonneaux. Les machines doivent donner, avec 72 tours par minute, une

vitesse de 12n5 à l'heure.

    Les navires seront pourvus de trois mâts avec une surface de toile de 1,400 mètres".

    Nota : la typographie de l'époque a été conservée (NDLR).

caractéristiques

dimensions

70,40 x 14,09 x 6,60 m

déplacement

3 735 t - 1 105 tj - tonnage légal voiles 1847 t, vapeur 1108 t

vitesse

9,32 à 12,70 (selon les bâtiments) - Alma : 12.2 n à 67 t/mn

effectif

310 h

propulsion

- machine FCM de 450 chn, 1800 chi (Thétis, Indienne)  ou Mazeline (Alma, Atalante) ou Indret (Jeanne d'Arc) ou Schneider (Armide, Reine

Blanche)

- 2 cheminées côte à côte (Armide, Jeanne d'Arc et Thétis), 1 cheminée pour les autres

- charbon : 250 t - voilure : 1 454 m²-

Machines horizontales compound à 3 cylindres à bielles renversées Mazeline pour l’Alma et l’Atalante, Forges et Chantiers de la Méditerranée

pour la Thétis et le Montcalm, Indret pour la Jeanne d’Arc, Schneider pour l’Armide et la Reine Blanche. Ces machines de 1800 chi toutes

identiques étaient du type Dupuy de Lôme sans réservoir de vapeur, cylindres basse pression avec chemises de vapeur ; 3 cylindres : d = 1,6 m ; c

= 0,85 m ; 72 t/mn ; pour toutes 4 chaudières tubulaires avec sécheur ; hélices doubles bipales de 4,9 m de diamètre. Atalante : 13,26 n à 65 t/mn

pour une pression de 2,06 atm et une puissance de 1267 chi. Alma : 11,9 n à 70,9 t/mn pour une pression de 2,13 atm et une puissance de 1896

chi, la consommation étant de 1,64 kg/chi/h.

autonomie

1 620 N à 10 n.

armement

4x19 cm en batterie  (réduit cuirassé) + 2x19 cm en tourelle barbette (1 par tourelle) + 4x12 sur les gaillards + 4 canons revolvers

en 1872, ajout de 2x19, enlevés en 1873

blindage

ceinture : 15 cm ; batterie : 12 cm

réduit blindé, dont les parois avaient 15 cm d’épaisseur et qui était limité à ses extrémités par des cloisons transversales blindées de 12 cm

d’épaisseur ; les tourelles étaient protégées par des remparts de 10 cm sur un matelas de bois de 24 cm.

coque

coque bois, avec oeuvres mortes protégées de part et d'autre du réduit d'une tôle de 1.5 cm d'épaisseur + une ceinture en fer forgé de 2.40 m de

haute pour 15 cm d'apaisseur, et recouverte.

éperon bronze de 3 m.

 historique

Alma

14 & 15-2-1868 : sortie pour essais à Lorient.

1869 : division cuirassée de la Manche, puis Brest pour doublage de la coque en cuivre.

9-3-1869 : sortie de Lorient pour essais.

15-4-1869 : arrivée à Lorient.

alma   .

21-4-1869 : en mer avec la commission d'essais.

14-5-1869 : de Lorient pour Cherbourg et la division navale cuirassée de la Manche (CV de

Langle de Cary).

9-6-1869 : appareille de Cherbourg.

21-6-1869 : arrivée à Brest avec la division cuirassée de l'Océan.

27-6-1869 : de Cherbourg à Brest.

6-1870 : réarmé.

15-6-1870 : départ de Brest.

21-6 au 1-7-1870  : à Cadix (CV de Pritzbuer).

1870 : campagne de Chine - bloque les corvettes allemandes Hertha et Medusa au Japon.

3-1871 : à Yokohama pour inauguration de l'arsenal construit par le français  Vernis, sous-ingénieur de la marine.

2-4-1871 : à Osaka, puis Kobé.

7-4-1871 : retour à Yokohama.

1872 : toujours division de Chine.

1-1873 : retour à Toulon.

11-1873 : repart pour escadre de la Méditerranée.

12-1875 : désarmement à Cherbourg - installation de torpilles à bord.

9-1876 : réarmé.

3-1881 : expédition de Tunisie.

12-11-1886 : rayé - ponton.

1893 : vendu à la démolition à Cherbourg.

Armide

    8-1870 : Baltique.

    1-1871 : blocus de l'Arcona à Lisbonne.

Armide  .

    1871 : Méditerranée.

    1873 : artillerie réduite de 12 à 6 canons.

    29-10-1882 : rayée.

    24-3--1886 : "Mercredi 24 mars 1886 au matin, le navire est conduit et laissé en dérive, au large de Golfe Juan et canonné

pendant une partie de la journée par les cuirassés Colbert, Amiral Duperré, Dévastation, Friedland, Suffren, Redoutable. Le tir

est effectué entre 3 et 5000 m avec les pièces de 240 et 340. La coque de l'Armide, criblée comme une écumoire, eut

certainement coulé si l'on n'avait pris la précaution de la remplir de barriques vides. L'Armide fut achevée par les tirs des

torpilleurs".

    1886 : démolition.

Atalante

Atalante

1-4-1869 : prend armement.

21-6-1869 : arrivée à Brest avec la division cuirassée de l'Océan.

27-6-1869 : de Cherbourg à Brest.

1870 : escadre du Nord.

19-6-1870 : de Toulon pour Alger (Cdt du Rousseau de Fayolle).

29-4-1871 : à Cherbourg, venant de Glusktad.

7-1872 : division navale du Pacifique.

8-1883 : bombardement des forts de Thuan-an.

1887 : ponton Saïgon - coule.

1890 : démolition.

Jeanne d'Arc

    9-3-1868 : armée pour essais.

    31-12-1868 : essais sur rade Cherbourg.

    7-1-1869 : sortie de Cherbourg pour escadre.

    12-2-1869 : arrivée à Cherbourg.

    1869 : réserve à Brest.

    4-1870 : escadre du Nord.

    1-1876 : réserve à Brest.

    4-1879 : division navale du Levant.

    9 août 1880 : quitte le Pirée

    13 août 1880 : arrive en rade de Tunis.

    7-1881 : bombardement de Sfax et Gabès.

    28-6-1883 : condamnée, rayée.

Montcalm (ex-Indienne)

    29-8-1851 : sortie de bassin à Brest.

    25-3-1867 : rebaptisé Montcalm.

    16-6-1869 : armée pour essais (CV Rozier).

    14-10-1869 : sur rade de Brest, veant de Rochefort.

    5-1-1870 : appareillage de Brest pour Cherbourg.

    24-2-1870 : appareillage de Cherbourg pour Toulon et l'escadre de la 

Méditerranée.

Montcalm

    23-4 au 2-5-1870 : de Cherbourg à Toulon.

    16-8-1870 : capture en Atlantique le trois-mâts allemand Union.

    Début 1871 : croisière aux Açores, en Amérique du Sud et en Afrique.

    17-5-1871 : départ de Rio pour Dakar, puis Cherbourg.

    1-8-1871 : placé en réserve.

    11-1873 : réarmé.

    1-1874 : appareille pour les mers de Chine et Japon.

    5-1876 à 5-1876 : Campagne Chine et Japon.

    1882 : devient bâtiment amiral de la Division du Pacifique.

    1884 : retour à Cherbourg et désarmé.

    2-4-1891 : condamné et rayé des listes de la flotte.

Reine Blanche

   

Reine Blanche

15-4-1869 : armement pour essais (CF Schverer).

21-5-1869 : échouée dans bassin N°2 à Lorient.

21 & 22-6-1869 : sortie pour essais

7-1870 : îles Shetland.

22-2-1971 : entre en carénage au bassin n°2 à Lorient.

1875 : dans l'escadre d'évolution.

3-7-1877 : abordée par l'éperon de la Thétis - s'échoue sur la plage en rade

d'Hyères pour ne pas couler - le trou sera bouché sur place - puis remorquée sur

Toulon.

1879-80 : division du Levant.

1880-82 : commandé par le CV Marquessac

1881 : opérations en Tunisie dans l'ecadre de l'amiral Garnault.

1-1884 : division navale du Pacifique.

12-11-1886 : rayée à Cherbourg.

1890-93 : caserne à Cherbourg.

Thétis

    31-12-1868 : appareillage de Toulon pour Alger (CV Allemand).

    7-1-1869 : appareillage d'Alger pour Toulon.

    12-1-1869 : arrivée à Toulon. 

Thétis

    16-1-1869 : appareillage de Toulon pour le détroit de Gibraltar afin de le

faire passer à la frégate à voiles Néréide, puis pour ravitailler la Clorinde à

Cadix.

    25-1-1869 : retour à Toulon.

    25-2-1869 : essais à la mer à Toulon.

    8-3-1869 : appareillage de Toulon. (CV Allemand).

    12-3-1869 : escale à Oran.

21 au 24-3-1869 : escale à Cadix.

2-4-1869 : arrivée à Brest, venant de Toulon.

6-1870 : escadre du Nord en Baltique.

29-3-1871 : appareille de Cherbourg pour récupérer nos prisonniers libérés à

Hambourg .

29-4-1871 : à Cherbourg, venant de Glusktad.

1873 : Espagne.

1876 : escadre d'évolution en Méditerranée.

3-7-1877 : aborde la Reine Blanche devant Porquerolles

1878-81 : division navale du Pacifique.

3-3-1883 : appareillage d'Alexandrie pour Cherbourg.

8-10-1885 : réarmée pour rallier la division navale du Pacifique. Peu après son départ du côté de Madère, elle perd son hélice et doit rentrer à Lorient à la voile. On la

désarme alors à nouveau.

1888 : réarmée pour être envoyée en stationnaire à Nouméa.

1885 : Désarmée définitivement, utilisée sur place comme ponton, puis cédée à la colonie qui la vend aux établissements Ballande.

1900 : démolition à Sydney.

 LA GALISSONIERE

Corvette en bois dessinée par Audenet.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 La Galissonière

Brest

 6-1868

5-1872

1-10-1874

1902

caractéristiques

dimensions

79,47 (fl.) x 14,85 x 6,74 m

déplacement

4 679 t ; 1 456 tj

vitesse

13,08 n (voile)

effectif

310/350 h

propulsion

2 hélices -  machine : 500 chn - 2 376 che - voilure : 1 522 m² (1707m² en 1881)

armement

1881 : 4x24cm en batterie ; 2x24cm en tourelle ; 6x10cm sur le pont ; 4x37 mm pour les embarcation ; 2x65mm service débarquement.

blindage

 Ceinture en fer forgé complète de 15 cm descendant à 1,5 m sous la flottaison ; réduit et tourelles protégés par un blindage de 12 cm ;

éperon cuirassé ; les œuvres  mortes s’étendant de part et d’autre du réduit étaient en fer.

historique

    5-10-1874 :  départ du tour du monde,

    19-3-1877 : retour du tour du monde.

    1876 : bâtiment amiral de la division du Pacifique.

    10-1878 au 5-1880 : division navale des Antilles.

    2-1881 à fin-1882 : division du Levant.

    7-4-1881 : appareille de Cherbourg pour Tanger, puis Alger.

    7-1881 : prise de Sfax.

    1883 : affecté à la division navale de Chine.

    25-08-1884 : lors de la bataille de la rivière Min (Chine), elle reçoit un

obus de 210 dans la muraille tiré par la terre. Cet obus fit un trou, tuant

un homme.

    30-08-1884 : mouille à Matsou, puis sera réparé à Hong-Kong.

    10-1884 : capture la canonnière Pei-Ho.

    1885 : évacue Kelung et les Pescadores.

    2-02-1886 : rentre en France d'un voyage au Japon.

    24-12-1894 : désarmée à Cherbourg et rayée des listes

    1902 : démoli.

    La Galissonière - coll. Clouet

classe VICTORIEUSE

 Corvette construite en bois sur plans de Sabatier.

nom

chantiers

sur cale

lancement

en service

rayé

 Victorieuse

Toulon

5-8-1869

18-11-1875

1-11-1876

5-1897

 Triomphante

Rochefort

 5-8-1869

28-3-1877

6-5-1879

8-7-1896

caractéristiques

dimensions

76,85 x 14,88 x 6,59 m

déplacement

4150 / 4 585 t

vitesse

12,75 n

effectif

 310 h

propulsion

1 hélice - machine Indret  : 575 chn, 2200 che - charbon : 350 t

voilure : 1 713 m²

Machines compound Indret 3 cylindres à bielles renversées : d = 1,65 m ; c = 0,85 m ; 4 chaudières tubulaires ; condenseur par surface ; hélices 4

pales de 5 m de diamètre. Victorieuse : 12,75 n à 82,5 t/mn pour une pression de 2,1 atm et une puissance de 2214 chi, la consommation étant

de 1,2 kg/chi/h.

armement

1x19 en teugue +  4x24 en batterie + 2x24 en tourelle + 6x14 sur le pont

blindage

Ceinture en fer forgé complète de 15 cm descendant à 1,5 m sous la flottaison ; réduit et

tourelles protégés par un blindage par 12 cm ; œuvres mortes de part et d’autre du réduit en

fer ; pont recouvert d’une tôle de 1 cm d’épaisseur ; éperon cuirassé. Hauteur de la batterie au

dessus de la flottaison 1,7 m (Triomphante), 1,85 m (Victorieus

historique

 Victorieuse

    1879-81 : Pacifique (Tahiti).

    12-1881-4-1884 : Chine.

    1-12-1882 : Arrive à Hong-Kong avec le Lutin.

    12-1884 : Division navale du Levant.

    5-1897 : Condamné.

    8-3-1900 : renommé Sémiramis à Landevennec.

    1904 : démolie.

 Triomphante

    10-1880 : Pacifique.

    2-1883 : Levant.

    8-1883 : Hong-Kong.

    25 au 30-8-1884 : combat de Fou-Tchéou et descente de la rivière Min.

    9-1884 : Kelung.

    10-1884 : débarquement de Tamsui (4  tués).

    2-1885 : Affaire de Shei-Poo.

    3-1885 : bombarde Chin-Hae et Makung - prise des Pescadores.

    5-5-1893 : Nagasaki avec l'Inconstant et le Forfait puis ralliés par la Comète

- Nagasaki et Kagoshima avec l'Inconstant.

    6-1893 : rallie la Cochinchine.

    3-8-1893 : présent à Kohsichang lors du blocus du Siam.

    8-7-1896 : rayée.

    1903 : démolie à Saïgon.

la Victorieuse